L R AS Published on Tuesday 27 September 2022 - n° 417 - Categories:Regard sur le PV

Regard sur la pénurie de main d’œuvre et sa réponse

Les syndicats professionnels attirent l’attention des pouvoirs publics sur les freins administratifs à l’obtention des permis de construire. Ils insistent aussi sur la pénurie de main d’œuvre pour construire. Différentes solutions sont avancées : augmenter la formation professionnelle, donner des primes ou des avantages alors des recrutements, insister sur les promotions que procurent ces métiers d’avenir.

Le monde occidental a toujours été confronté à une main d’œuvre insuffisante. Lorsque la pénurie était trop forte, une solution a été trouvée dans l’automatisation de l’activité. Le photovoltaïque parait avoir atteint cette limite. Il lui faut muter vers une utilisation plus importante des machines. Déjà, des équipements de construction de centrales apparaissent. C’est « la Nouvelle Frontière » du photovoltaïque. Ceci mérite qu’on l'examine

 Résumé

La pénurie de personnel est la caractéristique principale de l’économie occidentale : de tout temps, la relativement faible densité de la population européenne ou américaine a été confrontée à un manque de personnel ce qui l’a obligé à innover.

La répartition et le battage des pieux par l’américain Mortenson et l’italien Orteco : Ils ont mis au point une machine qui positionne les pieux de support de panneaux, ainsi qu’une autre machine qui enfonce ces pieux dans le sol.

La pose automatique de panneaux par l’américain AES Corporation : curieusement, AES a effectué une démarche complémentaire, celui de la pose automatique des panneaux.

Conclusion : on en est au début de l’automatisation de la construction des centrales. Ces deux pionniers seront suivis par d’autres qui apporteront des perfectionnements ou une intégration des différentes activités. Après avoir obtenu la baisse du prix de l’électricité solaire par le perfectionnement des panneaux, la nouvelle étape sera la baisse du prix de cette électricité (LCOE) par les conditions d’installations des centrales.

.

Le texte

Avec l’augmentation rapide des installations photovoltaïques, un message revient constamment, celui d’un manque de main d’œuvre. Ce message est entendu aux Etats-Unis, en Europe (en Allemagne, en France...). Les uns et les autres veulent de nouvelles centrales ou de nouvelles installations sur les toits pour réduire les factures d’énergie, ou limiter le réchauffement climatique, mais il n’y a pas assez de personnel pour construire les centrales ou aménager les toits !

 

La pénurie de personnel est la caractéristique principale de l’économie occidentale

La pénurie de main d’œuvre est d’ailleurs la caractéristique historique de l’économie occidentale. Cette préoccupation existait déjà chez les Romains qui utilisaient des esclaves pour effectuer des tâches variées. C’est aussi la caractéristique de la révolution industrielle qui a cherché dans la vapeur, puis dans l’organisation du travail, et enfin dans l’automation, une solution à cette pénurie de main d’œuvre. Désormais, pour passer à une nouvelle étape de généralisation des installations, le photovoltaïque parait lui aussi subir la même contrainte : pour se généraliser, il lui faut standardiser, uniformiser, automatiser, réduire les effectifs. Pour répondre à ce constat d’un manque de main d’œuvre, une solution identique à celle du passé va être recherchée et trouvée.

Il n’est pas surprenant que ce soit aux Etats-Unis, caractérisés par d’immenses étendues et une faible population, qu’une solution à ce déficit d’hommes soit en cours d’élaboration.

Cette semaine, un article Un robot pour poser les pieux de centrales solaires (Mortenson) + pour fixer les panneaux (AES Corp), indique que des machines localisent et enfoncent les pieux, alors que d’autres posent des panneaux de centrales sur les rails. Deux entreprises ont étudié et mis au point deux ou plutôt trois types de machines qui vont simplifier et surtout réduire le temps de construction et le besoin en main d’œuvre.

 .

La répartition et le battage des pieux par l’américain Mortenson et l’italien Orteco

Après avoir obtenu un brevet pour la construction mécanisée d’éoliennes en septembre dernier, l’américain Mortenson, spécialiste d’ingénierie et de mise au point d’actifs industriels, s’est associé à l’italien Orteco. Ce dernier a mis au point une large gamme de produits allant des pieux pour la sécurité routière, à la clôture de vignobles, et surtout aux panneaux solaires et aux énergies renouvelables.

De cette collaboration, des machines pour positionner les pieux de support des panneaux et pour les enfoncer ont été mises au point. Elles ont été brevetées mi-septembre par Mortenson :

Les deux associés ont élaboré une machine qui distribue les pieux à implanter dans le sol en utilisant le GPS. Celui-ci positionne précisément les pieux sur les sites des centrales solaires avant la construction. Ce système autonome, qui peut répartir jusqu'à 100 pieux en acier à la fois, les place dans les positions exactes qu’ils doivent occuper et prépare le processus de battage. Cette distribution est une des phases initiales de la construction d’une centrale. Selon Mortenson, cette machine peut libérer jusqu'à 80 % de la main-d'œuvre traditionnellement nécessaire pour relever et marquer les points de distribution des pieux sur un vaste site solaire.

Ces deux associés sont aussi spécialisés dans la technologie de battage semi-automatique de pieux. Cette automatisation dans la construction de centrale solaire économise environ 50 % de la main-d'œuvre par rapport aux méthodes traditionnelles de battage de pieux.

Réunis dans une utilisation commune, la répartition autonome de pieux et les machines de battage de pieux semi-automatiques réduisent les coûts et les risques de blessures. Elles libèrent des travailleurs qui sont affectés à d'autres tâches de construction. Elles diminuent le temps global de livraison des installations solaires.

Mortenson utilise déjà ces deux machines dans la construction actuelle de ses centrales aux États-Unis.

Ainsi, que ce soit avec cet américain ou avec d’autres prestataires (nous ne connaissons pas tous les concepteurs de machines capables de préparer le terrain), il est possible d’automatiser le dépôt des pieux et leur implantation dans le sol.

Lire aussi : Mortenson & Orteco Announce New Robotic Technology for Solar Energy Construction

.

La pose automatique de panneaux par l’américain AES Corporation

Parallèlement à ce progrès d’automatisation dans la phase préparatoire de la construction, un autre américain, AES Corporation (entreprise de technologie énergétique au chiffre d’affaires de 11 milliards de dollars en 2021, et cotée au New York Stock Exchange) propose une machine qui réalise une activité complémentaire à celle-ci-dessus : la pose de panneaux

Un robot, appelé Atlas, piloté par l’intelligence artificielle, effectue le levage, le placement et la fixation de panneaux solaires. Ceci simplifie la construction de centrales, rend plus sûre la construction de centrales, raccourcit les délais des réalisations et réduit le coût global de l'énergie qui sera produite. Selon AES, il s’agit de la première machine de ce genre.

A lire aussi  : Premier robot d'installation automatisée de panneaux

AES launches ‘first-of-its-kind’, AI-driven solar installation robot

 .

Conclusion :

Ces machines permettent d’envisager une nouvelle baisse du prix de la construction de centrales et donc du prix de l’électricité. L’automatisation est indispensable si on veut augmenter rapidement les installations solaires, et réduire leur coût. BloombergNEF estime qu’il faudrait installer 455 gigawatts chaque année jusqu’en 2030 (à comparer aux 200 et 280 GW installés en 2022) pour respecter les objectifs d’une augmentation de la température mondiale de 1,5 °C d’ici 2050.

En quelques années, la profession des installateurs passe d’une situation d’artisanat à son industrialisation. C’est le seul moyen de réduire considérablement encore le prix de l’électricité (LCOE) et de répondre à la demande d’une extension de la consommation d’électricité. En même temps, l’automatisation entrainera une concentration supplémentaire parmi les installateurs, au profit des plus gros acteurs capables d’utiliser des machines chères mais performantes.

Subscribe to the newsletter "Le Fil de l'Actu"...