L R AS Publié le dimanche 04 novembre 2018 - n° 253 - Catégories : la demande, Europe

Les installateurs se félicitent de la suppression du prix minimum

Lors d'une récente conférence à Birmingham (Royaume Uni), les orateurs ont indiqué que « le marché solaire européen est sur le point de connaître une forte expansion. » Le représentant Europe de JinkoSolar indique que

la fin du prix minimum à l'importation avait entraîné une augmentation considérable du TRI (taux de rendement interne) pour les investisseurs et les développeurs depuis que les prix mondiaux des panneaux se retrouvent en Europe.

Le développeur britannique Anesco avait passé beaucoup de temps pour réduire les coûts des composants des installations sans pouvoir agir sur le coût des panneaux car ceux-ci étaient fixes. La fin du prix minimum crée une énorme diminution de prix

Un développeur danois a cité une étude d'IHS Markit qui révèle une chute de 30 % du prix des panneaux, revenant à 0,20 $ / W en Europe. Il indique que ce prix ouvre presque tout le marché européen qui était à l'abri avec des subventions.

Dans plusieurs pays européens, les projets hors subvention prolifèrent déjà ou sont sur le point de démarrer. C'est le cas en Espagne, au Portugal, en Italie, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. « À partir de 2020/21, ce sera partout, quel que soit le pays. Le coût du système permettra l'installation de projets sans nécessité de soutien public.

Les différents installateurs estiment que la période post-subvention provoquera une meilleure qualité et la concurrence dans les projets. Les investisseurs s'intéresseront beaucoup plus à la technologie lorsque les marges et les rendements des projets sont fondés sur les performances de la technologie utilisée plutôt que sur le confort d'une subvention lié à un tarif d'achat. Désormais, les développeurs doivent démontrer davantage les capacités de leur technologie aux investisseurs, tout en se concentrant fortement sur la réingénierie des conceptions des installations.

« Il se manifeste une telle activité de développement dans toute l'Europe, que cela effraie les compagnies d’électricité. C’est également une excellente occasion pour l’Europe de devenir enfin plus indépendante. Nous sommes donc extrêmement optimistes pour le marché européen et en général également, car cet élan ne peut être stoppé pour le moment. Le solaire, c’est la source d’énergie électrique la moins chère au monde et nous n’en avons pas encore terminé. Elle diminue encore. »

PV Tech du 17 octobre

NDLR  Il est bien normal que les installateurs qui bénéficient d’une diminution de 20 à 30 % sur le prix des panneaux et donc de 8 à 15 % du prix final d’un système PV, soient euphoriques et s’attendent à une activité dynamique au cours des deux prochaines années. Ceci donnera un coup de fouet aux installations en Europe, et accélérera la mutation en faveur du photovoltaïque.

Pour être complet, il faudrait aussi recueillir l’avis des fabricants européens de panneaux. Ils avaient de la peine à émerger dans un paysage concurrentiel difficile et restaient marginaux dans les installations photovoltaïques. La baisse des prix de 20 % à 30 % sur le prix des panneaux (liée à la fin du prix minimum à l’importation) leur crée un défi qui leur sera bien difficile à relever car les chinois ont l’intention de « nettoyer » la concurrence pour installer leur système de prix à eux et réaliser en Europe les plus gros profits. On peut déjà le constater dans la comparaison des évolutions de prix à la production et ceux sur le marché européen en 2018 (cf le Regard sur le PV du n° 252). Les baisses ne sont pas complètement répercutées en Europe.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"