L R AS Publié le samedi 03 novembre 2018 - n° 253 - Catégories : ministre-réglementation

Selon des fuites, des constructions de centrales nucléaires seraient décidées

L’administration Macron se préparerait à demander au Parlement de revenir sur l’engagement pris par le gouvernement précédent de réduire la part du nucléaire en France.

Le Journal du Dimanche a publié le projet de nouvelle stratégie énergétique (la PPE) : celle-ci révise l'engagement du gouvernement précédent de réduire la part du nucléaire de 75 % actuellement, à 50 % en 2025. Selon les informations publiées, le gouvernement envisage de construire des réacteurs nucléaires produisant de l’énergie sur la base de 60 à 70 € le MWh entre 2021 et 2025.

Le président de la commission solaire du Syndicat des Energies Renouvelables, SER, Xavier Daval, estime qu'une relance des constructions nucléaires saperait sérieusement les efforts déployés récemment pour relancer les énergies renouvelables, et créerait un isolationnisme énergétique de la France dans le monde étant le seul pays à avoir autant misé sur le nucléaire

M. Daval rappelle que le nucléaire devient non rentable face aux énergies solaire ou éolienne, que relancer le nucléaire évitera de mettre l'accent sur les énergies du futur et qu’on repousse à la génération future le soin d'éliminer les déchets nucléaires. Si le nucléaire devait être relancer, EDF (qui avait annoncé 30 GW de solaire) et Total (pour 10 GW) seraient tentés ou contraints de résilier leur plan de développement des énergies renouvelables.

PV Magazine du 2 novembre

NDLR Pour mieux faire accepter son projet, EDF annonce un prix du kilowattheure de 0,06 à 0,07 € le kWh. Comment EDF peut-il justifier ce prix alors qu’EDF a conclu un contrat de fourniture d’électricité à la Grande Bretagne sur la base de 0,11 € le kWh ? Compte tenu des difficultés d’achèvement de la centrale EPR de Flamanville, rien ne dit que ce prix de vente ne sera pas inférieur au coût de revient de la production ! L’incertitude sur le coût de production du kWh nucléaire venant de nouvelles centrales est totale.

La baisse du prix du kilowattheure solaire (actuellement de 0,05 à 0,06 €) va se poursuivre, mais il faut tenir compte non pas du prix de l’électricité issu des panneaux, mais du prix de l’électricité stockée qui est bien supérieur aux chiffres ci-dessus, sans qu’on puisse indiquer un prix de revient fiable.

Dès lors, on est dans un flou complet sur le plan économique, avec dans un cas, un prix en baisse mais avec l’intermittence de la production, et de l’autre, une production régulière d’énergie, et avec l’inconnue du coût du démembrement d’une centrale en fin de vie et du stockage des déchets radioactifs !

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"