L R AS Publié le lundi 16 avril 2018 - n° 229 - Catégories : le PV Amér.

Les achats directs d'énergie par les société américaines

Les achats d'énergie par les sociétés américaines ont bondi en 2017, à 3 GW, selon GTM Research. Apple, Microsoft, Google sont quelques noms qui se sont manifestés et qui ont couvert pour les deux premiers, la totalité de leurs besoins. Ainsi, on dénombre

11,6 GW de projets hors site et de projets distribués dans les entreprises.

La forte demande de 2017 ne devrait pas se poursuivre dès 2018 car les installations des années précédentes avaient été importantes en raison de l'expiration prévue du crédit d'impôt fédéral (qui a ensuite a été prolongé). Autre raison de la baisse des prochaines installations, l'affaire de la section 201 qui a incité les entreprises au second semestre 2017 à reporter et donc à ralentir les installations de 2018. Une reprise pourrait intervenir en 2019.

Les achats d'énergie hors site par les sociétés commerciales ou industrielles sont en croissance rapide : à ce jour, 31 projets sont en cours, et 21 sont en cours de développement. Les premiers 245 mégawatts de projets solaires commerciaux ou industriels hors site sont entrés en service en 2015 et étaient pilotés par trois mécanismes principaux : a°) l'accès direct (ils ont représenté 18 % des projets hors sites), b°) les tarifs d’achat physiques / virtuels (ils ont assuré 64 % de la capacité), et c°) les tarifs verts (18 % des projets d’exploitation).

Pour le moment, les contrats d'achats physiques ou virtuels sont les moteurs des nouveaux projets, jusqu'à ce que les services publics offrent des tarifs verts avec des prix plus bas.

Aujourd'hui, les clients préfèrent des accords d'achat d'électricité plutôt que de posséder leur propre système de production d'énergie. Ainsi, la participation des tiers dans les installations distribuées est passée de 39 % en 2015 à 53 % en 2017.

Les installations solaires sont de plus en plus détenues par des tiers, car les entreprises signent un contrat d'achat d'énergie et n'ont pas besoin de s'occuper du reste. La part des tiers qui était de 39 % en 2015, atteint 53 % en 2017. Ceci est la conséquence du développement de l'énergie solaire communautaire, des améliorations du financement par des banques, de la taille des centrales (supérieure à 1 MW) qui représentent la majeure partie des projets, et enfin de la complexité accrue des réglementations dans certains Etats.

https://www.greentechmedia.com/articles/read/us-corporate-solar-procurement-surges-2017#gs.75gi1zE

GreenTech Media du 12 avril

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"