L R AS Publié le vendredi 12 janvier 2018 - n° 217 - Catégories : sociétés fr, aug/réduction capacité

Projet d'extension de la capacité industrielle de Photowatt

Pour le moment, Photowatt fabrique des cellules solaires et des panneaux solaires, avec une capacité de production de 50 MW par an.

Une réorganisation industrielle serait à l'étude : Photowatt porterait la capacité de production

de lingots et de plaquettes de 50 MW à 500 MW. Pour cela, cette filiale d'EDF Energies Nouvelles s'associerait avec le grenoblois ECM Greentech spécialisé dans la cristallisation du silicium et le chinois Canadian Solar assembleur de panneaux avec lesquels Photowatt collabore déjà. Une société commune intitulée Photowatt Crystal Advanced serait créée et serait détenue à 60 % par Photowatt, 30 % par Canadian Solar et à 10 % par ECM Greentech. Elle augmenterait son intégration avec la production de lingots bas carbone et de plaquettes de silicium sur son site historique de Bourgoin-Jallieu (Isère).

 Les cellules puis les panneaux seraient commercialisés soit dans les appels d'offres français, soit dans les projets qu'EDF compte construire (30 GW d'ici 2035 pour un montant de 25 Mds €). Ainsi, la production industrielle aurait des débouchés qui assureraient son lancement. Photowatt en profiterait pour développer ses activités de recherche et développement en liaison avec le centre de R & D d'EDF, ou celui de l'INES ou de l'IPVF (Institut Photovoltaïque d'Ile de France).

PV Magazine du 9 janvier

https://www.pv-magazine.com/2018/01/09/edf-ramps-up-module-production-capacity-enters-wafer-manufacturing-with-canadian-solar/

NDLR  Le projet s'appuie sur une conjoncture favorable, celle du développement des appels d'offres du gouvernement français et de la volonté d'EDF de développer ses installations PV. C'est très important d'avoir des débouchés quasiment assurés.

En revanche, on ne voit pas bien ce que vient faire Canadian Solar qui profitera de la situation, sans apporter les conseils et savoir-faire qu'il conservera pour son propre outil de production. En revanche, il prend pied dans l'entreprise pour la racheter si la situation devait évoluer de façon différente des prévisions initiales.

Un point intrigue. Pourquoi un si grand groupe (EDF), ayant tellement de moyens techniques, humains et financiers à sa disposition, qui veut prendre place sur un marché très porteur (la construction de panneaux) et qui aura le débouché pour les produits fabriqués, n'investit-il pas seul dans l'outil industriel, même en relation avec les centres de recherche (INES, IPVF, ...) dans cette activité nouvelle ? Photowatt ne part pas de zéro et peut recueillir des informations lui permettant de construire cette filière industrielle. Pourquoi a-t-il besoin de béquilles ?Dans quelle mesure Canadian Solar ne cherchera-t-il pas à torpiller la société où il aura 30 % afin d’en prendre le contrôle et tirer les marrons du feu en fournissant les appels d’offres et les installations d’EDF ? Pourquoi faire entrer le loup dans la bergerie ? Pourquoi rendre gagnant à tout coup Canadian Solar qu'il y ait le succès ou l'échec de Photowatt ?

 

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"