L R AS Publié le dimanche 10 janvier 2021 - n° 345 - Catégories : agrovoltaïque

L’agrivoltaïsme, le nouvel avenir du solaire ?

La combinaison des installations photovoltaïques et de l'agriculture pourrait fournir 20 % de la production totale d'électricité aux Etats-Unis, selon l'université de l'Oregon. Cette combinaison

aurait peu d'effets négatifs sur le rendement des cultures. Le photovoltaïque offre une « rare chance de créer une véritable synergie : plus de nourriture, plus d'énergie, une demande en eau plus faible, des émissions de carbone plus faibles et des communautés rurales plus prospères. »

Le coût des installations photovoltaïques s'élèverait à 1,12 trillion de dollars sur une durée de vie de 35 ans. Le secteur privé couvrirait la plupart des coûts de construction ; le gouvernement fédéral contribuerait par des rabais et d'autres incitations. Il faudrait environ 17 ans pour rembourser les 1,12 trillion de dollars.

Déjà en septembre 2019, des études dans l'Arizona avaient montré que les cultures ombragées par des panneaux photovoltaïques peuvent offrir de multiples avantages, notamment une plus grande production alimentaire, une réduction de la sécheresse des plantes et une diminution du stress thermique des panneaux solaires.

SolarPower Europe a lancé au début de l'année 2020 un groupe d’étude de l'agrivoltaïque. L'objectif est de stimuler le déploiement de l'agrivoltaïque en Europe en façonnant les programmes de la politique agricole et énergétique de l'UE.

Dans l'Oregon, le promoteur du projet estime que l'installation à grande échelle de systèmes agrivoltaïques ouvre la porte à d'autres technologies. Par exemple, l'énergie excédentaire produite par les panneaux solaires pourrait être utilisée pour alimenter des tracteurs électriques ou pour produire des engrais dans une ferme. Des capteurs peu coûteux pourraient être installés sur les panneaux solaires pour orienter les décisions basées sur l'intelligence artificielle et améliorer la productivité agricole.

https://www.pv-magazine.com/2021/01/07/could-agrivoltaics-feed-demand-for-clean-energy/

PV Magazine du 7 janvier 2021

NDLR    La durée de remboursement de 17 ans évoquée ci-dessus, fera fuir n’importe quel investisseur privé. Il en résulte qu’il faut parvenir à industrialiser la pose de panneaux à haute altitude pour en réduire les coûts. A moins qu’on ne trouve d’autres moyens pour conjuguer les deux activités. Serait-ce aussi qu’on s’est trompé dans les calculs ?

 

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"

edxl