L R AS Publié le samedi 05 septembre 2020 - n° 330 - Catégories : enchères

Les gagnants de l'enchère portugaise perdront de l’argent sur leurs propositions.

Pour le conseil britannique Everoze, la vente aux enchères portugaises était si compétitive que le principal gagnant est l'Etat portugais. Les lauréats ont rogné sur leurs marges bénéficiaires sur la partie construction des centrales solaires pendant les quinze premières années. Ils récupéreront

quelques bénéfices en utilisant le stockage pour vendre l'énergie au moment où les prix seront les plus élevés. Ils pourraient aussi associer le solaire à d'autres technologies, modifiant le modèle financier du projet. L'extrême concurrence dans l'accès à une capacité de réseau limitée a conduit les participants à accepter des conditions qui, avant cette vente aux enchères et celle de l'année précédente, semblaient insoutenables pour la majorité des investisseurs.

Les promoteurs gagnants dans la première catégorie, avec 483 MW de PV liés au stockage, ont accepté de ne pas prendre une prime de capacité annuelle fixée à 33.500 €/MW par an. Ils ont plutôt proposé de payer une prime de capacité au système d'environ 37.100 €/MW par an, en moyenne. Les gagnants de cette option ont probablement fait un pari sur le fait que ce coût sera très faible ou qu'il sera couvert par les revenus qu'ils pourront tirer de l'exploitation du système de stockage de l'électricité.

Dans le cadre de la deuxième catégorie d'appels d'offres appelée les "contributions fixes au système", le gouvernement portugais a attribué une capacité photovoltaïque de 177 MW. Les promoteurs sélectionnés ont accepté de payer un montant annuel fixe de 73.700 euros sur 15 ans pour chaque mégawatt de capacité de réseau qui leur a été attribué. C’est à dire 35 € / MWh pendant quinze ans. Le soumissionnaire pourra vendre l'électricité de la centrale photovoltaïque sur le marché libre, donc soit au prix du marché au comptant sur le marché de l'électricité, soit par le biais d'un accord d'achat d'électricité avec un acheteur. Le soumissionnaire escompte implicitement que le prix du marché reste suffisamment élevé au cours des 15 prochaines années pour s'assurer qu'avec les revenus de la production de la centrale photovoltaïque, il pourra à la fois rembourser la compensation fixe au système et disposer d'un flux de trésorerie suffisant pour son modèle financier.

https://www.pv-magazine.com/2020/09/02/analysis-initial-results-of-portugals-solarstorage-auction/

PV Magazine du 2 septembre

NDLR   L’accès à un marché de petite taille et sans beaucoup d’accès au réseau a montré que les développeurs étaient prêts à payer cher pour participer à ce marché. Si ces développeurs sont prêts à payer leur propre construction de centrales et dédommager l’Etat portugais, certains autres pays vont avoir appris ce message

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"