L R AS Publié le lundi 23 mars 2020 - n° 314 - Catégories : divers filière

Quelle conséquence à long terme du coronavirus ?

Le rédacteur en chef de MIT Technology Review (Gideon Lichfield) affirme que le monde après l'épidémie ne sera plus comme avant. Il prévoit : « Pour arrêter le coronavirus, nous devrons changer radicalement

presque tout ce que nous faisons : comment nous travaillons, faisons de l'exercice, socialisons, achetons, gérons notre santé, éduquons nos enfants, prenons soin des membres de la famille. »

Il se fonde sur l'impossibilité d'éradiquer la maladie par les moyens de confinement. Ainsi « l'épidémie durera jusqu'à ce qu'on ait trouvé un vaccin, ou qu'assez de gens aient été contaminés pour que les autres soient indirectement protégés. »

Il affirme qu'on en est « au début d'un mode de vie complètement différent. » En effet toutes les entreprises qui dépendent de personnes qui se rassemblent en grand nombre : restaurants, cafés, bars, discothèques, clubs de gym, hôtels, théâtres, cinémas, galeries d'art, centres commerciaux, foires artisanales, musées, musiciens et autres artistes, sites sportifs (et équipes sportives), salles de conférence (et organisateurs d'événements), compagnies de croisière, compagnies aériennes, transports publics, écoles et universités, garderies, sont ou vont être durablement affectées.

Pour s'adapter, il faudra s'imposer des mesures de distanciation ; certains proposeront des services liés au confinement, utilisant le numérique et l'équipement à domicile. Probablement, l’attitude à suivre sera aussi plus écologique et valorisera les circuits locaux.

A plus long terme, les services de santé devront être réorganisés avec davantage d'équipements médicaux, de kit de tests et de médicaments. Surtout, la socialisation sera profondément affectée, en les écartant de la vie normale, les personnes qui représentent un risque sanitaire.

La Tribune du 21 mars

 

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"