L R AS Publié le samedi 21 mars 2020 - n° 314 - Catégories : divers filière

Le coronavirus pourrait ralentir le développement du secteur solaire

Jusqu'à l'émergence de l'épidémie, il semblait que rien ne pouvait ralentir l’avancée irrésistible des énergies renouvelables dans le monde.

Au début, elle a sévi en Chine, perturbant la production. De loin, il a été difficile de percevoir les dommages qui intervenaient et leurs conséquences. La préoccupation alors

semblait la fourniture d'équipements : y aurait-il assez de panneaux, d'éoliennes et de batteries pour la demande mondiale afin de répondre aux échéances des projets compte tenu des arrêts généralisés d'usines ? Peu à peu, la question de la fourniture d'équipements se règle au fur et à mesure que les usines chinoises reprennent leur production. La pénurie que subissent certains développeurs, est probablement limitée.

Après la propagation de l'épidémie en Europe et aux Etats-Unis, l'attention se déplace désormais vers la demande, car l’opinion commence à penser qu'un ralentissement économique mondial sera inévitable.

La semaine dernière, BloombergNEF a abaissé de 9 % ses prévisions de demande solaire mondiale pour 2020. Cela pourrait signifier la première année de baisse depuis les années 1980.

La Chine a reporté sur juin sa méga-mise aux enchères solaires. L'épidémie va provoquer de nouveaux retards. De plus la récession, inévitable, pourrait causer des problèmes aux fabricants solaires, car il s'agit d'un secteur d'entreprises fortement endettées et à faibles marges.

Le problème apparaitra si l'économie faisait un plongeon : un manque de financement pour les projets d'énergies renouvelables. Sur le marché américain, cela pourrait signifier une pénurie de fonds propres fiscaux. La nature des crédits d'impôt pour les énergies renouvelables aux États-Unis - le CTP éolien et l'ITC solaire - rend les développeurs tributaires d'un nombre relativement limité d'investisseurs désireux de fournir des fonds propres fiscaux pour les projets. La disponibilité de capitaux propres fiscaux est un point de discussion et de préoccupation constante pour les développeurs d'énergies renouvelables aux États-Unis, bien que le marché ait été sain ces dernières années. Cela pourrait changer rapidement en période de récession. « La question est de savoir si nous retournons à 2009, au moment où les capitaux propres étaient limités ? » évoque un professionnel.

https://www.greentechmedia.com/articles/read/for-clean-energy-industries-biggest-coronavirus-risk-may-be-a-damaged-economy

GreenTech Media du 15 mars

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"

Articles les plus lus sur 20 jours glissants