L R AS Publié le mardi 03 mars 2020 - n° 311 - Catégories : Regard sur le PV

Regard sur la fin du coronavirus en Chine

La Chine a été secouée par l’apparition du coronavirus

Le virus s’est propagé dans le reste du monde

Comment percevoir la situation réelle ?

Le catastrophisme des commentateurs occidentaux restés chez eux

Pourtant, la situation parait s’être considérablement améliorée en quinze jours dans l’industrie chinoise

L’épidémie s’essouffle en Chine

Dans les épreuves, c’est le mental qui fait la différence

La Chine a été secouée par l’apparition du coronavirus

Mi-janvier le monde a été impressionné par la diffusion rapide de l’épidémie de coronavirus en Chine à l’occasion des fêtes de Nouvel An chinois, et par la violence de la réaction officielle des autorités. Elles ont mis en quarantaine des régions entières, empêché la population de voyager, imposé l’absence de circulation au sein de villes aussi importantes que Pékin. Le but était de localiser le virus, de l’empêcher de circuler, d’interdire la contamination au sein des villes et plus généralement au sein du pays tout entier.

Le virus s’est propagé dans le reste du monde

Le monde a été si impressionné qu’il est resté sur cette image d’une épidémie incapable de s’arrêter, d’autant que des foyers de contagion se retrouvent dans de nombreuses régions ou pays tels que l’Italie du Nord, désormais la France, mais aussi et surtout la Corée du Sud et l’Iran. Chaque jour apporte l’augmentation du nombre de personnes contaminées. Il y en aurait 100.000 dont 80.000 en Chine, mais il faut s’attendre à ce que ce chiffre soit remplacé très vite par un nombre bien plus important. De même, le nombre de décès est actuellement annoncé à 3.000 dont plus de 2.900 en Chine, mais rien n’indique que ce chiffre reflète la réalité car des décès n’ont pas été comptabilisés dans l’épidémie. La situation devrait empirer dans les jours à venir avec de nouveaux cas de mortalité, de nouveaux foyers infectieux, d’inquiétude des populations craignant que leur tour ne soit venu !

Devant cette inquiétude publique, la raison n’a pas de place, surtout lorsque chaque jour, le décompte des malades et des décès s’allonge. Sauf erreur de notre part, il semblerait que la maladie s’attaque de préférence à tout corps présentant déjà des déficiences diverses et donc moins capables de résister à l’attaque pulmonaire, même si le lanceur d’alerte de l’épidémie un jeune médecin chinois d’une trentaine d’années a lui aussi été emporté par la maladie. Certains épidémiologistes affirment qu’il s’agit d’une maladie à peine plus grave que la grippe et qu’elle fait bien moins de victimes que la grippe qui sévit chaque année !

Comment percevoir la situation réelle ?

Devant cette situation, quels seront les effets pour la profession photovoltaïque ? Le risque de se tromper est énorme, car il faudrait être en Chine pour percevoir ce qui se passe vraiment, pour avoir un regard général sur les différentes usines de production de la filière, pour interroger les dirigeants afin de percevoir quel est le degré de fonctionnement de leur usine. Or les dirigeants auront tendance vis à vis de l’extérieur à embellir leur situation. De plus, le temps que les informations aient été collectées, plusieurs jours ou semaines se seront écoulées et la situation aura évolué.

Le catastrophisme des commentateurs occidentaux restés au chaud chez eux

Surtout, les commentateurs occidentaux sont stupéfaits par les mesures autoritaires de quarantaine imposées à la région de Wuhan, épicentre initiale de l’épidémie, par les images de rues désertées de Pékin, par des aéroports ou des gares sans trafic. Ces images datent de quinze jours ou davantage, et on les présente comme la situation présente.

Ces commentateurs présentent l’avènement de l’épidémie avec quinze jours à un mois de retard. Ils ont tendance à noircir le tableau, comme si la fin du monde était arrivée. En effet, rien ne se vend mieux que de faire craindre une catastrophe, celle que la Chine a laissé au reste du monde au milieu du mois de janvier. C’est ce que l’opinion croit ; on lui livre ce qu’elle veut entendre ou seulement ce qu’elle est prête à entendre !

Selon ces avis, la filière chinoise de production photovoltaïque serait complètement désorganisée, avec des ouvriers malades ou absents pour confinement, des livraisons de matières premières interrompues du fait des régions interdites, des transporteurs ne pouvant pas circuler, mettant les usines qui voudraient travailler, à l’arrêt du fait du manque de composants ou de matières premières. Et dans le cas où les usines fonctionneraient, les productions s’entasseraient dans les entrepôts n’ayant pas de transporteurs pour les livrer aux clients ou bien aux ports. Certains chiffres ont été avancés : 14 % de la capacité de Shanghai était en état de fonctionnement il y a quinze jours. Autant dire que les ports ne fonctionnent pas, d’autant que les matelots craignent d’être malades en mer et de ne pas pouvoir être soignés !

En définitive selon ces commentateurs, plus rien ne marche en Chine. L’économie est à l’arrêt ou fonctionne au grand ralenti. Les livraisons de produits photovoltaïques sont à l’arrêt. Ceci se répercutera sur le reste du monde avec des chantiers de centrales arrêtés, et des augmentations de prix des panneaux allant jusqu’à 20 % pour les rares privilégiés qui sont prêts à mettre le prix fort pour disposer de précieux panneaux. C’est le sens de l’analyse présentée fin février par pvXchange (L'analyse de pvXchange (ci-dessous) est contredite par celle des observateurs en Chine).

Pourtant, la situation dans l’industrie chinoise parait s’être considérablement améliorée en quinze jours

C’est ce que rapporte les commentateurs taïwanais qui sont proches de leurs frères chinois. Il suffit de lire l’état du marché d’EnergyTrend ou de PV InfoLink à deux semaines d’intervalle pour percevoir une grande différence (Les prix de la filière du 12 février - Les prix dans la filière du 26 février). Il y a quinze jours, le blocage de l’industrie était quasi-total puisque les fours à silicium allaient manquer de matière première, les autres fabricants de la filière (plaquettes, cellules, panneaux) étaient encore à la mi-février en train d’essayer de rassembler leurs salariés et de faire le point sur les produits manquants pour l’accomplissement des tâches. Le plus probable, selon ces deux observateurs, était alors une probable hausse des prix pour profiter de la situation.

Quinze jours plus tard, la situation commence à se normaliser. Elle n’est plus aussi chaotique. On revient peu à peu à une organisation dans la filière qui fonctionne. Certes, il y a toujours des pénuries ou des difficultés de fonctionnement, mais elles sont moins marquées que quinze jours auparavant. Il n’y a pas eu de hausses de prix sauf cas particuliers. Il y a plutôt une tendance à l’effritement des prix. Les fabricants de silicium travaillent presque normalement. L’offre de plaquettes monosilicium a augmenté pesant sur les intentions de hausses de prix. Peu à peu, les cadences de travail remontent chez les professionnels de la cellule. Reste les fabricants de panneaux qui subissent une mévente car l’augmentation des cadences de production de la filière ne se traduit pas par des ventes de panneaux. Ils ne parviennent pas encore à livrer à l’étranger. Chargés de stocks, ils sont obligés de baisser leurs prix !

Ces commentaires ne viennent pas de Chine mais d’observateurs taïwanais ce qui, d’une certaine façon, crédibilise ces propos puisqu’ils ne sont pas partie prenante.

L’épidémie s’essouffle en Chine

Ce retour à une situation plus normale s’explique par la diminution, jour après jour, du nombre de personnes infectées par le coronavirus dans la population chinoise. Le chiffre des contaminés et des décès n’est même plus mentionné tant ils ne présentent plus d’attrait spectaculaire. L’épidémie s’essouffle. Il faut envisager que, d’ici quinze jours à un mois, elle aura quasiment disparue en Chine. Cette évolution est cachée par la propagation de la maladie en Europe que ce soit dans l’Italie du Nord ou même en France où au cours de ces deux derniers jours, la centaine de personnes contaminés a doublé, avec un ou deux foyers nouveaux de maladie déclarée et bien sûr avec quelques morts pour effrayer le « bourgeois ».

Comme pour montrer que la page est déjà tournée pour les responsables, il suffit de constater les annonces qui se succèdent parmi les chefs d’entreprises pour lancer de nouvelles installations de production de silicium, de cellules de panneaux, dont certaines doivent être mise en service d’ici quatre mois, d’autres dans huit mois (Nouvelles annonces d'augmentation de capacité en Chine) ! On peut attribuer cela à de la méthode Coué, ou à de la propagande pour signifier que tout va bien en Chine. Ce n’est pas si certain car ils savent ce qui se passe dans leur pays. Il reste que cette épidémie a tâché l’image de la Chine qui voudra montrer qu’elle est exemplaire pour effacer les séquelles, les inconvénients et les perturbations d’une maladie dont elle est responsable. Son honorabilité a été affectée. Cela pourrait même se traduire par des baisses de prix pour « se faire pardonner ».

Ce n’est pas parce que la propagation de l’épidémie va se réduire en Chine que les mécanismes économiques chinois et mondiaux vont pouvoir se remettre en marche rapidement, mais là on va vite voir l’efficacité des chinois, leur sens du travail et leur abnégation devant la mission qui leur est donnée de sauver leur entreprise, de manifester du respect à la Patrie, et de redresser l’image du pays.

Dans les épreuves, c’est le mental qui fait la différence

En définitive, les obstacles au rétablissement des mécanismes économiques pourraient bien provenir des pays tiers (comme l’Europe) qui sont actuellement affectés par le coronavirus. Auront-ils le ressort, le dynamisme et la volonté de se surpasser à l’exemple de ce que manifestent les chinois ? Dans les épreuves, les plus forts mentalement s’en sortent le mieux. Les autres souffrent et parfois abandonnent. Pour l’Europe, ce sera un test de notre valeur morale.

Les prix des panneaux au 26 février :

LES PANNEAUX en watt

Les prix annoncés par EnergyTrend

  item High Low Avg Chg
275W-280W Module (RMB) 1.610 1.500 1.580 ( 0 % )
275W-280W Module (USD)


0.229 0.195 0.205 ( 0.99 % )
325W-330W (72P) Module (RMB) 1.630 1.580 1.600 ( -0.62 % )
325W-330W (72P) Module (USD)


0.223 0.198 0.218 ( 0 % )
305W-310W Module (RMB) 1.700 1.650 1.690 ( 0 % )
305W-310W Module (USD)


0.390 0.221 0.311 ( -0.64 % )
315W-320W Module (RMB) 1.750 1.690 1.720 ( -0.58 % )
315W-320W Module (USD)


0.350 0.227 0.284 ( 0 % )
>320W Module (RMB) 1.780 1.720 1.750 ( -1.13 % )
>320W Module (USD)


0.388 0.226 0.257 ( -0.39 % )

 .

 Les prix annoncés par PVInsights

Item High Low Average AvgChg AvgChg %
Poly Solar Module 0.300 0.170 0.185 No Change Sign 0 No Change Sign 0%
Poly Module in China 0.240 0.180 0.190 No Change Sign 0 No Change Sign 0%
Poly High Eff / PERC Module 0.350 0.190 0.208 Negative Change Sign -0.001 Negative Change Sign -0.48%
Mono High Eff / PERC Module 0.390 0.200 0.214 Negative Change Sign -0.002 Negative Change Sign -0.93%
Mono High Eff / PERC Module in China 0.250 0.200 0.207 Negative Change Sign -0.002 Negative Change Sign -0.96%
ThinFilm Solar Module 0.330 0.220 0.229 Negative Change Sign -0.001 Negative Change Sign -0.43%

.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"