L R AS Publié le samedi 15 février 2020 - n° 309 - Catégories : politique américaine, guerre commerciale

Examen des effets des droits de douane américains de l'article 201

Deux ans après avoir instauré des tarifs d'importations sur les cellules et panneaux solaires, l'heure est à l'examen des effets. La Commission américaine du Commerce International estime qu'ils ont été suffisants pour stimuler la fabrication de panneaux aux Etats-Unis :

Hanwha Q Cells, Jinko Solar et LG ont installé des usines de modules aux États-Unis. Cinq usines de panneaux ont créé 3 GW de capacité nouvelle. Cette capacité est largement inférieure aux installations PV aux Etats Unis (autour de 13 GW en 2019)

En revanche, les usines de cellules ont continué de fermer ; Panasonic et Tesla sont désormais les seules sociétés à produire des cellules solaires au niveau national. Les fabricants de cellules de 2018 (Suniva et SolarWorld) ont disparu. Au total, la production de cellules aux États-Unis a chuté de 75 % entre 2016 et 2018.

Les importations de produits photovoltaïques en silicium cristallin (CSPV) aux États-Unis ont chuté d'environ 50 % entre 2016 et 2018. Les produits que la Chine a expédiés aux États-Unis sont passés de près de 12 % du total des importations américaines en 2016 à moins de 1 % en 2018 et au début de 2019. La Chine était la plus grande source de produits solaires aux États-Unis en 2016, mais elle a maintenant été remplacée par la Corée et la Malaisie.

Le constat a été fait. Il est transmis au président Trump pour prendre ses décisions.

Les réactions à cette étude sur l'effet des tarifs sont opposées : certains veulent durcir ces droits pour protéger l'industrie nationale naissante ; l'association du solaire américain (SEIA) demande leur suppression. Suniva veut augmenter le niveau des tarifs afin de favoriser la production de cellules aux Etats-Unis.

Deux philosophies s'opposent : les Etats-Unis ont conçu les technologies des énergies renouvelables, et donc le solaire, comme une menace pour le charbon et d'autres sources anciennes d'énergie. La Chine a accordé un soutien massif pour la production de composants pour la filière silicium et plaquettes, afin de créer des emplois.

https://www.greentechmedia.com/articles/read/solar-tariffs-put-wins-on-the-board-for-u.s-produced-modules-but-industry-remains-split-on-their-future

GreenTech Media du 10 février

NDLR Il y a la période avant l’apparition du coronavirus et la période après. L’étude de la Commission américaine est antérieure et constate certains progrès dans la production de panneau mais une détérioration dans la production de cellules. Sans compter que rien n’est dit de la fabrication de silicium ou de plaquettes. Ainsi, la filière photovoltaïque se concentre sur la production de panneau dont tous les composants viennent de l’étranger.

L’émergence du coronavirus manifeste au grand jour la dépendance (aujourd’hui médicale, mais elle pourrait devenir politique) de l’économie américaine à l’égard des importations. Il est certain que D. Trump va étendre les droits à des composants étrangers afin de créer autant que possible un environnement économique autonome. Les mesures seront d’autant plus rigoureuses et élargies que l’épidémie persistera. Ce virus est un véritable lanceur d’alerte.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"