L R AS Publié le mercredi 29 janvier 2020 - n° 306 - Catégories : Regard sur le PV

Regard sur l'importance de maitriser le format des plaquettes PV

LONGi a lancé le format M2 en 2017. Il en a obtenu les avantages

Une première alerte avec l’absence de preuve de l’efficacité des panneaux bifaces

Pour asseoir sa position de n°1 mondial, LONGi devait remuer le monde du PV

Le nouveau format s’explique par le gain de plaquettes plus grandes que précédemment

Le choix du nouveau format correspondait aux possibilités actuelles de la profession

LONGi s’est lancé dans ce nouveau format

Seulement, pour conquérir la 1ère place mondiale, Zhonghuan Semiconductor a fait le même calcul

Un format novateur est proposé

Malgré les obstacles, le format est judicieux.

Les pertes d’image et d’argent vont affecter LONGi.

 

 

LONGi a lancé le format M2 en 2017. Il en a obtenu les avantages

Du monde photovoltaïque 2019, on retient surtout le passage du multicristallin au monocristallin, la fin du tarif d’achat en Chine, ou encore la nouvelle baisse des installations en Chine au rebours de l’évolution mondiale. Accessoirement, on mentionne le changement de format des plaquettes. Pourtant, c’est un événement majeur. Il annonce probablement un changement de n°1 mondial dans la production de plaquettes.

En 2012, le format M0, de 156 mm de côté, s’imposait. En 2017, LONGi lançait le format M2 (156,75 mm de côté avec une diagonale de 223 mm). Cette initiative de LONGi, confortée par le choix du monocristallin, a propulsé cette société à la place de n° 1 mondial. En effet, celui qui impose son format, est celui qui l’a mis en application en premier, et qui en a étudié les différentes caractéristiques pour ses machines de production. Il a une longueur d’avance sur ses concurrents puisqu’il choisit le moment du changement, puisqu’il augmente ses capacités avant tout le monde, car il devient progressivement celui qu’on copie chaque fois qu’il crée un changement ou une innovation. LONGi a renforcé son image avec l’instauration du monocristallin qu’il a imposé au détriment du multicristallin. Ce produit était auparavant soutenu par GCL Poly, jusqu’à la quasi-faillite de ce dernier. Celui-ci avait cru qu’il pourrait maintenir ce type de produit. Il s’est entêté jusqu’à chercher un substitut au monocristallin, avec le silicium noir. La fortune ou le succès a échappé à GCL.

.

Une première alerte avec l’absence de preuve de l’efficacité des panneaux bifaces

La confiance dans son leadership a conduit LONGi à la présomption. Début 2019, il n’a pas réussi à prouver que les panneaux double face fournissaient davantage d’énergie que les panneaux mono-faces (il a seulement trouvé des situations particulières pour étayer ses dires). A ce moment, il a été aidé par la chance, car les modifications techniques pour fabriquer les panneaux doubles faces étaient mineures et peut-être même diminuaient-elles les coûts de production par rapport au mono-face. Dès lors, toute la profession a modifié ses installations. On a alors assisté à un concert de louange des producteurs au profit des panneaux doubles faces. Comme ils étaient à peine plus cher que le mono-face et qu’ils fournissaient pour le producteur davantage de bénéfices que le mono-face, il s’est imposé dans le doute : s’il apportait éventuellement un plus, cela compensait l’éventuel surplus de coût pour l’acheteur. En même temps, la confiance de dirigeants de LONGi en eux-mêmes augmentait constamment. Chaque trimestre de 2019, il y avait l’annonce d’une augmentation de capacité de production : en mars 2019, LONGi voulait atteindre une capacité de production de plaquettes de 38 GW fin 2019, puis 45 GW fin 2020, objectif relevé ensuite à 50 GW en mai 2019, puis 65 GW fin 2021. C’est à comparer à une demande mondiale de l’ordre de 120 GW sur l’année 2019 ! ce qui représente environ un tiers de la demande mondiale.

.

Pour asseoir sa position de n°1 mondial, LONGi devait remuer le monde du PV

Conscient de l’importance de ces augmentations de capacité, LONGi a voulu créer un écart de compétitivité avec ses poursuivants, les autres fabricants de plaquettes. Rien de tels pour cela que de créer un autre format, surtout s’il peut être adapté aux matériels déjà installés et s’il apporte un supplément de production d’énergie : plus la surface d’une plaquette est vaste, plus elle reçoit d’irradiation, et plus elle produit d’énergie. Si LONGi propose un nouveau format, la société gagne plusieurs mois (et peut-être trimestres) sur ses concurrents, car elle a déjà étudié l’intérêt de la nouvelle dimension et commandé les machines adaptées. Le temps que les concurrents jaugent l’intérêt de la nouveauté, commandent les machines, les installent, il se passe un certain temps pendant lequel les acheteurs ont tendance à se porter sur la nouveauté, et délaissent les anciens formats. Ceci était d’autant plus important qu’à coté de LONGi émergeait Zhonghuan qui avaient la même ambition, celle de devenir le n°1 mondial de la plaquette. Changer le format de plaquettes, créait un temps d’adaptation à la nouveauté dont LONGi espérait profiter. LONGI annonçait le nouveau format de plaquettes en juin 2019.

.

Le nouveau format s’explique par le gain de plaquettes plus grandes que précédemment

Dans son message de présentation, LONGi a expliqué l’intérêt de cette modification de format. Cette société mentionnait que la plaquette M6 augmente de 12 % la surface utile ce qui permet à un panneau de 72 cellules d’augmenter sa puissance de sortie de 9 %, alors que le coût de production reste approximativement le même. Ainsi, le nouveau format qui augmente le prix de la plaquette de 0,34 RMB (0,048 $) en 2019 (et qui doit être ramené à 0,20 RMB cette année), fournit un gain net de 0,08RMB/ watt (0,012 $ / watt). Surtout, le promoteur de ce format indiquait qu’aucun fabricant n’aurait d’importants investissements à réaliser pour y parvenir. Donc, c’était tout bénéfice.

.

Le choix du nouveau format correspondait aux possibilités actuelles de la profession

Lorsqu’en juin 2019, LONGi a annoncé qui proposait un nouveau format de plaquettes, appelé M6, tous les fabricants ont cherché à percevoir quelles étaient les conséquences pour eux. Ils ont tous constaté que des modifications mineures devaient être apportées à leurs équipements et que ce nouveau format leur convenait. Immédiatement Aiko Solar, TBEA, Chint, Risen, ainsi que Canadian Solar et GCL SI pour les plaquettes multicristallines noires ont adopté ce format tandis que Artech Solar adaptait ses racks à ce type de format.

.

LONGi s’est lancé dans ce nouveau format

LONGi a aussi annoncé qu’il allait très vite passer à ce nouveau format et a présenté à ses clients deux nouveaux panneaux utilisant les nouvelles plaquettes. Cette société a même indiqué qu’enfin 2020, elle aurait modifié la moitié de son outil de production pour qu’il ne produise que des plaquettes M6. Comme elle est leader sur le marché, de nombreux fabricants ont adopté de format. Des experts ont même pronostiqué que la moitié des plaquettes à la fin de 2020 seraient au format M6, obligeant toute la profession à migrer vers cette dimension.

.

Seulement, pour conquérir la 1ère place mondiale, Zhonghuan Semiconductor a fait le même calcul

S’il voulait déstabiliser LONGi, il lui fallait proposer un autre format de plaquettes. Pendant que LONGi mettait en route sa nouvelle capacité de production, il aurait subi le doute sur l’opportunité de ce choix. Il aurait passé du temps à s’interroger et à faire des tests. Il aurait perdu des clients et de l’argent s’il était amené à abandonner son matériel au profit du nouveau standard. Il aurait dû faire ces modifications dans l’urgence !

Auparavant, Zhonghuan avait eu le temps d’étudier le nouveau format, de sélectionner celui qui était le plus adapté, le plus judicieux, le plus perturbant pour son concurrent et le plus susceptible d’être adopté par la profession tant des fabricants de lingots de silicium, que des fabricants de cellules.

.

Un format novateur est proposé

Moins de deux mois après l’annonce de LONGi, en août 2019, Zhonghuan présentait son propre format de plaquettes, appelée M12, de 210 mm de côté et de 295 mm en diagonale. Ce format sort des dimensions traditionnelles de plaquettes. Son avantage principal est que la surface de réception du soleil est plus grande que le M6 et le M2, alors que les équipements qui accompagnent la plaquette restent quasiment identiques. Eventuellement, le nombre de barres augmente. Ce format fournit donc davantage de puissance, pour un coût à peine supérieur. La puissance du panneau peut être portée à 500 W (ce que Risen a déjà présenté) ou même à 600 W. En revanche, il impose aux fabricants de lingots de silicium et les producteurs de cellules et de panneaux de modifier leur équipement. Ceci a incité les fabricants à observer une prudente réserve à l’annonce de ce nouveau format.

.

Malgré les obstacles, le format est judicieux.

Seulement, les fabricants perçoivent qu’il faut aller vers des tailles de plus en plus grandes de plaquettes pour proposer des économies aux clients, même si cela coûte en modification d’outillage. C’est le même raisonnement que LONGi avait fait pour promouvoir le M6 à la place du M2, mais il avait calculé trop étriqué. C’est aussi que depuis dix-huit mois les fabricants ont appris à maitriser la pose de cellules en bardeaux, la pose de demie cellule, les recouvrements de cellules pour éviter l’espace entre elles comme autrefois. Ils ont même appris à analyser l’intérêt de cellules demies-coupées, coupées au tiers, au quart, en tenant compte des barres de transfert d’énergie.

Alors qu’une grande majorité des fabricants était prête à passer au format M6, certains parmi les plus prestigieux (Trina Solar, Risen Energy, …) ont analysé l’intérêt respectif des deux formats, et fait leurs comptes. Ils ont compris que l’évolution allait vers le format M12, et qu’il était judicieux de l’adopter sans tarder. Si ces deux fabricants affichent leur préférence, d’autres vont suivre. LONGi va se trouver rapidement isolé, et devra, avant même que les nouvelles machines ne soient amorties, changer son outil de production et le format. Il avait été à l’origine du format M2. Il suit désormais d’autres leaders !

.

Les pertes d’image et d’argent vont affecter LONGi.

Pour le moment, on ne peut pas dire que cette société est en déclin, mais elle a reçu un sérieux avertissement, car rien ne dit que les perspectives de croissance de ses capacités de production qui visent d’atteindre 33 % des ventes mondiales en 2021, puis 40 à 45 % en 2022, ne seront pas le début de la fin car d’ici là de nouvelles techniques vont émerger (pérovskite, hétérojonction, IBC …) et remplacer même le monosilicium.

.

Comme alerter encore davantage, les actionnaires d’Etat de Zhonghuan viennent d’annoncer cette semaine la mise en vente partielle ou totale du n°2 mondial. Veulent-ils seulement profiter de l’excellente forme de cette société pour prendre leur bénéfice ? Appréhendent-ils l’avenir, avec une part trop considérable de la production mondiale ? Craignent-ils des mutations technologiques qui élimineraient les plaquettes sous leur forme actuelle ? Le photovoltaïque évolue trop vite pour que leur prudence ne soit pas justifiée !

 

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"