L R AS Publié le dimanche 08 septembre 2019 - n° 288 - Catégories : les fabricants, Chine

La production chinoise du 1er semestre. Comtec veut se retirer du marché

Les gigantesques projets de certains fabricants chinois font craindre à Comtec une surcapacité industrielle et une lutte à mort entre acteurs du marché. La direction préfère céder ses usines et sous-traiter sa production, le temps que l'orage passe, et se consacrer

à la réalisation de projets ou bien aux opportunités commerciales de batteries au lithium et de véhicules électriques.

Ainsi, la direction poursuit la réduction de ses salariés et est prêt à céder des actifs immobilisés dont l'utilisation est faible.

Tous les industriels du secteur photovoltaïque suivent une démarche inverse, celle d'augmenter considérablement leur production manufacturière. Ainsi l'association chinoise de l'industrie PV (CPIA) indique qu’au cours des six premiers mois de l'année par rapport à la période correspondante de 2018, les fabricants chinois ont produit 26 % de plaquettes en plus portant la production à 63 GW. Ils ont manufacturé 31 % de cellules solaires supplémentaires. Ils ont produit 12 % de panneaux en plus, atteignant 47 GW.

Au premier semestre, Comtec a subi une baisse de 33 % de son chiffre d'affaires à 67 M RMB et a réduit de 76 % sa perte nette à 24 M RM (3,4 M$) soit tout de même une marge nette négative de 36 %, ce qui est considérable. Cette perte proviendrait, selon la société, de la renégociation d'achat à long terme de silicium.

Pour maintenir sa cotation à la bourse de Hong Kong, la société a émis des actions afin de collecter des capitaux qui seront utilisés pour des investissements en aval, notamment sur les systèmes photovoltaïques commerciaux sur les toits industriels et industriels. Au premier semestre, Comtec a raccordé 15,3 MW et vendu cinq projets de toits connectés au réseau. La société a commencé à travailler sur 20 MW de projets

PV Magazine du 6 septembre

NDLR    Comtec ne fait que tirer les conséquences de la volonté de grands fabricants d’occuper le marché et d’éliminer les petits producteurs. Cette décision est sage car attendre davantage aurait conduit la société à la faillite. Elle a peut-être une chance de survie.

 Le choix de réaliser des investissements dans des centrales immobilise d’importants capitaux. Comtec n’en n’a plus beaucoup.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"