L R AS Publié le vendredi 23 août 2019 - n° 286 - Catégories : prévisions

Une stabilisation des installations mondiales entre 2021 et 2024

Wood Mackenzie revoit ses prévisions d'installations mondiales pour 2019 à 114,5 GW (+ 17,5 % sur 2018 qui étaient à 97,4 GW), puis envisage un volume installé de 126,7 GW en 2020 (+ 11 %).

Curieusement, le bureau d’études estime que les installations mondiales stagneront

entre 2020 et 2024, car il y aurait une diminution des installations en Asie, mené par un « effondrement progressif des installations en Chine » : l'Asie parviendrait à un pic de 71 GW en 2020, puis reculerait d’ici 2024 se situant entre 55 et 63 GW.

 

L'Europe essaiera d'installer environ 24 GW en 2021 et 2022 pour ensuite chutera à 21 GW en 2023 et 2024.

L'Amérique du Nord enregistrera des installations autour des 15-17 GW tout au long de la période.

PV Tech du 25 juillet

NDLR   L’hypothèse de Wood Mackenzie d’une stagnation des installations mondiales du PV au cours des années 2022 à 2024, parait vraiment farfelue. Le développement des installations sans subvention ainsi que la baisse régulière du prix des panneaux rendent les centrales solaires particulièrement attractives puisqu’elles produisent de l’électricité moins chère que les autres générateurs d’énergie. Rien que ce facteur ne peut qu’entrainer un intérêt croissant pour les énergies renouvelables.

Ce n’est pas la première fois que ce bureau d’études avance des prévisions peu crédibles.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"