L R AS Publié le lundi 08 juillet 2019 - n° 284 - Catégories : contrats achat/vente

L’expérience de contrats d'achat vue par MaxSolar

Le directeur général de l'allemand MaxSolar étudie la mise en place de deux contrats d'achat : l’un de 0,5 MW avec le client Pantograph. L'autre comprend deux parcs solaires d'une capacité totale de 10 MW avec Offtaker. Malgré la

surtaxe, la société estime pouvoir obtenir des revenus plus élevés avec un contrat d’achat, qu’avec un appel d'offres.

Dans les deux projets en cours, MaxSolar a conclus avec des entreprises en passant par le réseau. Les banques apprécient davantage le marché libre que les clients individuels. Passer par le réseau est une garantie de fiabilité et de possibilité de remplacement en cas de défaillance du client.

L’incertitude sur l’évolution future des prix de l’électricité est évidemment très importante. Cela s’applique aux deux signataires. Par conséquent, MaxSolar ne conclue pas de contrats d’une durée supérieure à 5 ans, durée que les banques apprécient.

Les contrats d'achat vont se développer car de nombreuses entreprises ne se sont pas encore rendues compte que l'énergie allait leur coûter très cher si elles ne faisaient pas attention à leurs émissions de CO2. Il ne s'agit pas uniquement de générer et d'acheter de l'énergie, mais également de stocker, de plafonner la charge de pointe. La stabilisation à long terme des coûts de l'énergie prend de plus en plus d'importance. MaxSolar entrevoit un grand potentiel dans la gamme de 1 à 3 MW, car c'est ce qu’elle sait faire, et qu’il y a de nombreux potentiels d'installations avec cette gamme de puissance, par exemple sur les toits.

SolarServer du 24 juin

NDLR      Si on regarde à l’instant de la conclusion du contrat, la durée de cinq ans est judicieuse car on peut miser sur une hausse du prix de l’électricité du réseau. Le prix ultérieur dépendra de l’évolution du prix du kilowattheure sur le marché libre. Ceci fournit une plus grande latitude pour adapter les prix à l’échéance.

Pour nous, la grande difficulté issue de ces contrats à cinq ans provient de la concurrence sur les prix des centrales récemment construites. Celles-ci auront un prix de revient inférieur à celui des anciennes centrales. Le client aura le choix entre une nouvelle centrale à prix très bas et une ancienne centrale avec un prix de revient plus élevé qui ne pourra pas les baisser car les amortissements doivent être inclus dans les prix. Que feront alors les propriétaires des centrales construites dans le passé ?

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"