L R AS Publié le dimanche 07 juillet 2019 - n° 234 - Catégories : auto-consommation

L'autoconsommation a trouvé son champion

Réservoir Sun, société co-fondée par Engie et Casino, fournit des solutions d'autoconsommation aux entreprises et aux collectivités. En huit mois (quasiment depuis sa création), la société

annonce avoir sécurisé 70 MW à construire et atteindra 100 MW d'ici la fin de l'année. Réservoir Sun a remporté un peu plus de 60 % des derniers appels d’offres sur l’autoconsommation et dispose de « 150 à 200 MW de projets au stade de la négociation ». Les projets couvrent toute la France

 La société est convaincue que « le moteur n'est plus l'ensoleillement, mais le prix payé par le client sur le réseau ». « Le prix du stockage diminue aussi vite que les prix du photovoltaïque dans le passé », ajoute son dirigeant. L’offre arriverait en France dans trois ans environ.

PV Magazine du 5 juillet

NDLR   Une société qui ne cherche qu’à augmenter l’autoconsommation et se détourne des grandes centrales, ceci est original. Cet exemple est, pour nous, symptomatique de l’avenir du photovoltaïque qui va s’implanter au plus près des utilisateurs pour éviter les transports d’énergie, et pour éviter l’utilisation de terres qui sont destinées à d’autres usages. Le PV va conquérir d’autres espaces (les toits) actuellement inoccupés. Or la nature a horreur du vide. Nous avions présenté cette évolution dans le Regard sur le PV du n° 283 (celui de la semaine dernière), indiquant un changement de localisation des installations photovoltaïques.

Outre que cette société ouvre une voie originale et apparemment porteuse si on en croit ses annonces de contrats, elle va organiser une industrialisation des installations permettant de faire baisser les prix et donc de rendre les installations sur les toits, moins chères, et plus séduisantes pour les détenteurs de surfaces vierges.

La société veut se faire connaitre. En même temps, elle va susciter des vocations d’autres entreprises qui vont flairer le filon. Il ne faut pas s’en plaindre car non seulement il y a un créneau à occuper mais il y a un avenir certain. Plus il y aura de candidats, plus la réduction des coûts interviendra.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"