L R AS Publié le lundi 13 mai 2019 - n° 276 - Catégories : le Fil de la Semaine

le Fil de la Semaine n°276 du 13 mai

LES POINTS IMPORTANTS DE L'ACTU DE CETTE SEMAINE (le Fil de la Semaine n°276 du 13 mai)
Les articles marqués d'une étoile sont en accès libre

S'il n'y avait que cinq textes à lire cette semaine :

     *   Une nouvelle cellule à contact arrière 3D dont la surface est micro-rainurée

    *   Quand seront adoptées les cellules à 23 % ?

    *   Problèmes persistants du HJT et des cellules à bardeaux

    *   SunPower au 1er trimestre, stagnation de l'activité et pertes doublées

    *   Au 1er trimestre, SMA est en perte

.

FRANCE
 
    *  
Autoconsommation sur une centaine de logements.
     .   
     .
L
A FILIÈRE
 
    * 
« Les Echos » publient une page sur l’autoconsommation collective.
     .   
     .
LE MONDE
  
    *  
Les Etats-Unis atteignent les 2 millions d'installations PV  *

    *   Les énergies renouvelables fourniront 18 % de l'électricité des Etats-Unis en 2019   *

    *   2ème ? projet de centrale solaire en Allemagne sans subvention   *

    *   Le Royaume Uni envisage de relever de 5 % à 20 % le taux de TVA   *

    *   La moitié du projet de Benban (Egypte) est mise en service   *
     .   
     .
LES PRODUITS
  
    *  
Une nouvelle cellule à contact arrière 3D dont la surface est micro-rainurée

    *   Quand seront adoptées les cellules à 23 % ?

    *   Problèmes persistants du HJT et des cellules à bardeaux     .
     .

LES SOCIÉTÉS
    
    *  
SunPower au 1er trimestre, stagnation de l'activité et pertes doublées

    *   Au 1er trimestre, résultats contrastés de Solaredge

    *   Au 1er trimestre, SMA est en perte

    *   Nouvelle stratégie commerciale pour sa branche solaire de Tesla

    *   Sunrun grignote les positions des compagnies d'électricité
     .

DIVERS
      
    *  
Un procédé de rafraichissement des panneaux solaires   *

    *   Centrales flottantes à panneaux orientables

     LE DEVELOPPEMENT DE CES TITRES

     .
FRANCE
 
    *  
Autoconsommation sur une centaine de logements

EDF ENR a annoncé avoir installé 300 panneaux photovoltaïques sur le toit de l'immeuble Rochebelle situé à Alès ; l’installation de 100 kW sur 600 m², est destinée à alimenter la centaine de logements du site ainsi que les espaces communs ; l’installation d’autoconsommation collective permettra à chaque ménage d’économiser 100 € par an, a déclaré la société.

PV Magazine du 8 mai

NDLR   EDF a beau dire qu’il s’agit de la plus grosse opération d’autoconsommation en France, la taille de l’opération est bien petite

    .
    *   
     .
LA FILIÈRE
 
    * 
« Les Echos » publient une page sur l’autoconsommation collective

Le quotidien économique « Les Echos » a consacré dans son édition du 7 mai, une page entière à l’autoconsommation collective. Cette parution a été motivée par le vote récent de loi PACTE qui comporte un article sur l'autoconsommation collective. En effet il sera bientôt possible (dès que le décret d’application sera publié) d’échanger l’électricité solaire entre plusieurs bâtiments dans un rayon d’un kilomètre. Cela permettra, par exemple, d’alimenter un écoquartier, par une seule centrale photovoltaïque.

Pour lire l'article : https://tecsol.blogs.com/files/lesechos_070519-25.pdf

Tecsol du 8 mai
     .   
     .
LE MONDE
  
    *  
Les Etats-Unis atteignent les 2 millions d'installations PV

Les Etats-Unis viennent d'atteindre le cap des 2 millions d'installations solaires correspondant à 70 GW installés. Ce volume intervient trois ans après la réalisation du 1er million. Le 3ème million d'installation devrait être atteint en 2021 (en deux ans) ; le 4ème million en 2023 selon Wood Mackenzie.

Les énergies renouvelables fourniront 18 % de l'électricité des Etats-Unis en 2019 et près de 20 % en 2020 selon l'agence américaine de l'information énergétique (EIA). La production éolienne dépassera la production hydroélectrique pour la première fois en 2019. L'éolien, le solaire et autres énergies renouvelables non hydroélectriques ont fourni environ 10 % de la production.

Baywa r.e. projette de construire sa première installation photovoltaïque non subventionnée. Le parc solaire Barth V de 8,8 MW sera construit dans le Mecklembourg-Poméranie occidental à partir de juin. L'énergie sera fournie à un client industriel avec un contrat à long terme. Le constructeur voudrait un contrat d'achat sur dix ans car l'amortissement s'effectue sur dix à douze ans.

Baywa r.e. prévoit de céder le projet après construction tout en assurant l'exploitation et la maintenance

PV Magazine du 10 mai

NDLR   Après avoir construit une centrale solaire sans subvention en Espagne, Baywa r.e. veut renouveler l’expérience en Allemagne. Il le fait avec un projet de petite taille : il ne pourra pas obtenir un coût moyen de l’électricité particulièrement bas.

    .
    *  
Le Royaume Uni envisage de relever de 5 % à 20 % le taux de TVA

Le Royaume Uni envisage de relever de 5 % à 20 % le taux de TVA sur les « matériaux économes en énergie » à la maison, c'est à dire sur les installations solaires résidentielles et les installations de stockage.

PV Magazine du 8 mai.

    .
    *  
La moitié du projet de Benban (Egypte) est mise en service

L'Égypte connecte au réseau 780 MW de projets solaires de Benban. 150 MW supplémentaires seront connectés ce mois-ci. Ainsi, 19 des 32 projets solaires seraient alors achevés

PV Magazine du 8 mai
     .   
     .
LES PRODUITS
  
    *  
Une nouvelle cellule à contact arrière 3D dont la surface est micro-rainurée

Une nouvelle cellule à contact arrière 3D basée sur une surface gravée de micro-rainures de la largeur d’un cheveu humain, a été mise au point par des chercheurs britanniques de l'Université de Sheffield et de la société Power Roll.

La cellule a été créée en recouvrant les parois opposées de micro-rainures avec différents contacts électriques, puis en remplissant les rainures avec un semi-conducteur pouvant être traité en solution. Ce type d'architecture de cellules peut être réalisé avec moins de processus de production que les cellules classiques à base de silicium. Elle peut être fabriquée avec d'autres matériaux que le silicium. Elle pourrait également réduire les pertes optiques dans le dispositif tout en éliminant les oxydes conducteurs transparents coûteux.

Ces cellules auraient une efficacité prometteuse : 7 % de la lumière solaire qui tombe sur un seul dispositif de micro-rainure photovoltaïque est directement convertie en l’énergie électrique - c’est déjà le tiers de ce que produisent aujourd'hui les cellules solaires les plus performantes mais les plus chères.

Power Roll indique que cette technologie de cellules coûte cinq fois moins à fabriquer que les cellules PV au silicium, 10 % moins chère que d'autres dispositifs flexibles et 40 % moins chère à transporter et à installer. Les besoins en matériel sont faibles. Son coût de production est 10 fois moins élevé que celui du silicium PV. Le retour sur investissement est inférieur de moitié de celui du silicium PV.

https://www.pv-magazine.com/2019/05/07/uk-scientists-build-new-3d-solar-architecture/

PV Magazine du 7 mai

NDLR Est-ce que toutes ces belles affirmations correspondent à la réalité ? Si c’est vrai, les avantages économiques font estimer que cette nouvelle cellule se retrouvera vite dans le commerce. A condition qu’on trouve un industriel qui consente à se lancer dans cette aventure tant les obstacles (commerciaux, de structure, financiers, …) sont nombreux au lancement d’une nouvelle activité et avec un nouveau produit.

    .
    *  
Quand seront adoptées les cellules à 23 % ?

Quand seront adoptées les cellules ayant un taux de conversion de 23 % ?

Le nouveau programme Les Meilleurs a commencé le 4 mars 2019. Les centrales seront implantées dans la province du Shanxi. La capacité de production est fixée à 5 GW. Les panneaux sélectionnés ont les caractéristiques suivantes :

- Les installations font toutes appel aux panneaux monosilicium et aux cellules PERC.

- Les cellules de type N représentent un tiers des cellules utilisées ; l'efficacité de la cellule dans ces projets est supérieure à 23 % en moyenne.

- Les modules bifaciaux sont devenus la norme ; l’efficacité des panneaux utilisés est supérieure à 20 % en moyenne.

Entre 2017 et 2018, les fabricants ont obtenu un rendement de conversion de 21,8 % avec les cellules mono-PERC de type P produites en série. Le rendement a augmenté de 0,5 % en un an. L'efficacité de conversion moyenne des cellules PERT mono-Si de type N a également augmenté pour atteindre 21,5 % en 2018.

JinkoSolar a obtenu un taux de 24 % avec des cellules de type P ou de type N dans ses tests en laboratoire. De même, Trina Solar a dépassé la puissance de 400 W

P-Type PERC + SE 23,95%
N-Type HOT + TOPCon + Half-Cut 24,20%

 

Le monosilicium-PERC devrait représenter plus de la moitié du marché en 2019. Les fabricants vont explorer les avantages du SE, qui est probablement la prochaine technologie d'amélioration des cellules. Elle se généralisera à partir de 2020.

La capacité de production de cellules de type N a augmenté, mais le ratio avec la capacité de production de cellules de type P reste approximativement constant, car ces dernières ont profité des progrès technologiques.

Les cellules PERT bifaciales de type N et les cellules HJT sont maintenant au stade de la production en volume de leur développement :

- En Chine, la technologie de type N doit encore se généraliser. Un seul parmi les cinq premiers est une société chinoise.

- Seuls trois parmi les cinq premiers sont capables de dépasser la capacité de production de 1 GW. C'est qu'il reste encore beaucoup à faire pour des améliorations techniques dans les processus de production des fournisseurs.

- LG Electronics reste en tête des fournisseurs de cellules de type N en terme de capacités de production. Le coréen a une stratégie de diversification technologique. Il s'engage dans des extensions de capacité à petite échelle pour éviter toute surcapacité. Il dispose pour les cellules de type N de capacité de production de 400 MW, 600 MW et 600 MW pour les cellules HJT, N-PERT et IBC, respectivement.

Figure 1: Répartition de la capacité de production totale de cellules de type N par fabricant, 2019 (E) 

Le développement futur des cellules de type N dépend du potentiel technologique et de l'acceptation par le marché. Actuellement, les produits de type P sont généralement préférés aux produits de type N répondant aux mêmes spécifications car le coût de production global de ces derniers est encore trop élevé. Les cellules de type N ont un autre avantage, celui d'une faible sensibilité aux LID, ce qui augmente le taux de conversion des panneaux. Les fabricants devront apporter la preuve de cet avantage par les volumes produits.

https://www.energytrend.com/research/20190510-13870.html

EnergyTrend du 10 mai.

    .
    *  
Problèmes persistants du HJT et des cellules à bardeaux

Des problèmes persistants empêchent l'adoption du HJT et des cellules à bardeaux en tant que solutions PV de pointe

Si la limite de conversion des cellules traditionnelles au silicium se situe à 29 %, les probabilités de nouvelles technologies pour augmenter le rendement des cellules se réduisent. Le programme Les Meilleurs a permis de trouver de nouvelles technologies telles que l'hétérojonction (HJT) et les panneaux à bardeaux.

L'Association Industrielle du PV Chinois (CPIA) indique que les panneaux monosilicium ont atteint 305 W en 2018, que les panneaux multicristallins PERC plus BS ont atteint 295 W, que les panneaux HJT atteignaient 320 W. Les panneaux à bardeaux ont un supplément de 20 W.

La technologie et les coûts de production entravent le développement des cellules HJT. Une vingtaine de fabricants se sont engagés dans la recherche & développement ou dans la production de cellules HJT. La plupart d'entre eux ont au mieux atteint la phase d'essai ou la ligne pilote. La capacité de production mondiale de cellules HJT devrait atteindre 6,24 GW en 2019. Quatre des cinq principaux fournisseurs actuels de cellules de type N produisent des cellules HJT.

CSC Financial a comparé le prix de revient de l'électricité provenant d'une centrale de 200 MW. Le coût initial des panneaux HJT est de 10 % supérieur à celui des panneaux PERC. En revanche, le HJT a un rendement supérieur et une faible vulnérabilité à la dégradation. Ces avantages permettent en fin de compte aux modules HJT de surpasser non seulement la quantité d’électricité générée au cours de la durée de vie opérationnelle des modules PERC, mais aussi d’atteindre une parité quasi identique avec les modules PERC dans le système LCOE (coût moyen de l’électricité produite).

Capacité installée des nouvelles technologies :

Le développement de la technologie HJT est limité par la hausse du coût de production, la lenteur des progrès de la production nationale (en Chine). La concurrence féroce des technologies existantes est une des raisons pour lesquelles le HJT n’a pas été adopté à grande échelle. En particulier, la fabrication des cellules HJT nécessite un équipement exclusivement dédié à cette technologie. Le HJT restera dans une position d'infériorité à la technologie PERC.

L'industrie PV semble plus encline à adopter des cellules en bardeaux. A PV Expo Japon 2019, 16 fabricants ont présenté de tels panneaux. Pourtant, leur disponibilité est limitée par le coût élevé des équipements de traitement et par des restrictions de brevets. Les cellules demi-coupées, qui ressemblent aux cellules à bardeaux mais laissent des espaces entre les interconnexions des cellules, ont été très populaires dans l'industrie cette année. Comparé au procédé de demi-coupe, le processus de bardeaux est peu développé en termes de capacité de production et de volume de production. La capacité de production mondiale de panneaux avec bardeau atteindra 14 GW en 2019 et la part de marché de cette technologie atteindra près de 10 %.

Capacité mondiale de production pour les panneaux shingles (en jaune ) et à cellules demies-coupées (en vert)

 

https://www.energytrend.com/research/20190508-13864.html

EnergyTrend du 8 mai

NDLR Il est surprenant que les fabricants chinois adoptent des technologies proches pour évoluer et augmenter le taux de conversion. Cette attitude ne remet pas en cause les perfectionnements technologiques, mais leur dose est faible. Comme ils maîtrisent la production mondiale, ils imposent leur rythme et surtout leur choix technologique. En théorie, une mutation fondamentale pourrait intervenir hors de Chine, mais le nouveau produit rencontrerait tous les obstacles pour s’imposer : la production en très grande série, les réseaux commerciaux à installer, les acheteurs à convaincre, et bien évidemment construire des entreprises. Cela prendrait plusieurs semestres. Les fabricants chinois adapteraient vite leurs prix pour rendre le nouveau produit, invendable, et pendant ce délai essaieraient de copier le nouveau produit… La mainmise des chinois sur un produit d’avenir est dangereuse pour le futur. On croit pouvoir leur laisser le monopole de la production. Il y aura une alerte qui réveillera les dirigeants des différents grands pays.

     .
     .

LES SOCIÉTÉS
    
    *  
SunPower au 1er trimestre, stagnation de l'activité et pertes doublées

Au 1er trimestre, SunPower a réalisé un chiffre d’affaires non-GAAP de 412 M$ contre 525 M$ au 4ème trimestre et 399 M$ il y a un an.

La branche Energies Services qui regroupe les activités résidentielles et commerciales en Amérique du Nord, se sont élevés à 241,7 millions de dollars, comparativement à 255 millions de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent (le résidentiel a fourni un chiffre d'affaires de 167 M$, et a conquis 9.000 clients, portant leur nombre à 275.000; l'activité commerciale a obtenu un revenu de 75 M$ avec 25 MW déployés).

La branche Technologies qui regroupe les activités de fabrication et l'international a réalisé un chiffre d'affaires de 231 M$ contre 252 M$ il y a un an. Elle a produit 294 MW et a expédié 455 MW.

La perte nette non-GAAP atteint 57 M$ contre une perte de 28 M$ il y a un an

Dans une interview, le PDG Tom Werner a déclaré que les efforts de restructuration de SunPower portaient leurs fruits. Il y avait alignement progressif des activités de production et d'installation. La société a introduit de nouveaux panneaux solaires à haut rendement correspondant aux besoins des installations résidentielles et commerciales, la cible actuelle de l'entreprise. Elle fournira aussi du stockage et des logiciels de gestion. C'est la politique instaurée mi-2017. Depuis, différents actifs ont été vendus : ses projets de construction de grandes centrales, son activité de micro-onduleurs, son portefeuille de contrats de location résidentielle aux Etats-Unis, et vendra bientôt son portefeuille de contrats de location de centrales commerciales.

GreenTech Media du 9 mai

NDLR  L’optimisme du PDG n’a d’égal que son oubli des prévisions antérieures. Alors que la nouvelle stratégie de centrage sur le résidentiel, a été définie il y a quinze mois, le chiffre d’affaires recule sur le trimestre précédent. La perte nette du groupe a doublé sur le début 2018. Enfin, les comparatifs ne sont pas homogènes, soit on n’en fait pas, soit on compare avec l’année précédente, ou avec le trimestre précédent, probablement parce que c’est le passé le plus favorable ! En attendant qu’il y ait alignement des productions sur les installations, la société se déleste de ses actifs vendables, mais on ne voit pas d’amélioration. Où est le redressement tant annoncé par le PDG ?

 Rappelons que Sunrun, l’installateur résidentiel a augmenté de 35 % son chiffre d’affaires et de 27 % le volume installé. Et SunPower ?

    .
    *  
Début du retrait de Panasonic de la production de panneaux ?

Le japonais Panasonic cède sa filiale de fabrication malaisienne et son activité de recherche au chinois GS-Solar. Le japonais affirme qu'il n'y aura aucun effet sur la filiale américaine et au Japon.

La raison de cet accord serait la volonté d'augmenter la compétitivité de l'activité photovoltaïque par le biais de nouvelles innovations dans les techniques de l'hétérojonction

Panasonic doit redresser son activité photovoltaïque qui a subi une perte de valeur des actifs immobilisés dans le solaire.

PV Magazine du 9 mai

NDLR   Ces cessions semblent annoncer un retrait de Panasonic du photovoltaïque. Il était un des premiers à avoir adopté l’hétérojonction. Cette technologie parait entrer dans le domaine commun avec de plus en plus de sociétés adoptant cette technologie. Les pertes de cette activité indiquaient qu’il fallait trouver une solution durable. C’est le retrait qui est choisi. On peut se demander si l’usine américaine aura une longue vie car s’il n’y a plus de recherche & développement, comment perfectionner les procédés et rester compétitif ?

    .
    *  
Au 1er trimestre, résultats contrastés de Solaredge

Au 1er trimestre, le fabricant d'onduleurs, Solaredge a réalisé un chiffre d'affaires de 272 M$ (+ 3 % par rapport au 4ème trimestre et + 30 % sur 1er trimestre 2018). Les produits liés à l’activité solaire se sont élevés à 253 millions de dollars, en hausse de 4 % par rapport aux 243 millions de dollars du trimestre précédent et de 21 % par rapport aux 210 millions de dollars du même trimestre de l’exercice précédent. La livraison des onduleurs a été de 1,1 GW (ac). Le bénéfice net s'est établi à 19,0 millions de dollars, en hausse de 47 % par rapport à 12,9 millions de dollars au trimestre précédent et en baisse de 47 % par rapport à 35,7 millions de dollars par rapport à l'exercice précédent. Ce repli s'explique selon la société par l'intégration de nouvelles filiales (SMRE, Kokam).

Pour le second semestre, le CA pourrait se situer entre 310 et 320 M$.

Photon du 8 mai

    .
    *  
Au 1er trimestre, SMA est en perte

Au 1er trimestre, SMA a livré la même quantité d'onduleurs à 1,8 GW qu'il y a un an. En revanche, le chiffre d'affaires a diminué de 8 % à 168 M€. Ceci serait dû au faible nombre de grands projets durant cette période. Les onduleurs en chaine sont restés au niveau de l'an dernier. L'excédent brut d’exploitation est revenu à 0,6 M€ (contre 17 M€ il y a un an). La perte consolidée atteint 10,6 M€ contre un bénéfice net de 2,8 M€.

Elément favorable, le carnet de commandes a augmenté de 33 % au 31 mars à 233 M€ ce qui devrait permettre de dégager des bénéfices au second semestre. La société maintient son objectif 2019 : CA compris entre 800 et 880 M€, EBE positif de 20 à 50 M€.

Photon du 10 mai

NDLR   Faut-il mettre l’accent sur la progression du carnet de commandes ou sur les chiffres du trimestre ? Concernant le carnet de commandes, on ne sait pas si les contrats ont été conclus avec une marge bénéficiaire. Concernant les chiffres, la société est de plus en plus vulnérable si on en juge par la perte opérationnelle qui atteint 6,3 % du chiffre d’affaires. C’est beaucoup trop pour une stabilité de l’activité …

    .
    *  
Nouvelle stratégie commerciale pour sa branche solaire de Tesla

Tesla adopte une nouvelle stratégie commerciale pour sa branche solaire : Tesla réduit les prix de ses installations afin de reprendre son leadership sur le marché de l'énergie solaire résidentielle. Les systèmes solaires sont proposés par tranche de 4 kilowatts, soit 12 panneaux solaires. Le client fera une dépense initiale de 99 $ et empruntera sur 20 ans (240 mois) au taux de 5,99 %. Cet emprunt lui coûtera 58 $ par mois ; l'électricité produite lui rapportera entre 50 et 70 $ par mois. Le client n'aura rien à payer durant ces vingt ans, les recettes couvrant les dépenses.

Les installations solaires de Tesla ont plongé de 650 MW mises en service en 2016, à 325 MW en 2017, puis à 208 MW en 2018. La marge brute de l'activité solaire et stockage au premier trimestre de cette année est tombée à 2,4 %.

Les analystes sont peu convaincus par ce système : Pour de nombreux consommateurs, les économies globales réalisées grâce à un système solaire sont plus importantes que le prix initial. Il n'est pas encore évident que la nouvelle tarification de Tesla générera des économies comparables à celles de ses concurrents. Les installateurs citent comme freins, les politiques des compagnies d'électricité concernant la facturation nette, une forte concurrence sur le marché et l’absence de nécessité d’installer un système solaire

GreenTech Media du 30 avril

NDLR   Les multiples changements de stratégie commerciale de Tesla donnent le tournis. Le nouveau système est peu attrayant car il garantit que pendant vingt ans, on ne gagne rien. Quel intérêt à installer des panneaux solaires ? Autre critique, le taux d’intérêt bien trop élevé pour le contexte bancaire actuel qui rend la proposition commerciale peu séduisante. Au terme d’un ou deux trimestres, il est certain que Tesla changera à nouveau de formule commerciale.

    .
    *  
Sunrun grignote les positions des compagnies d'électricité

L'installateur américain de systèmes solaires Sunrun augmente son espace d’activité au détriment de celui traditionnellement occupé par les distributeurs d’électricité et les grands groupes de production.

Les distributeurs d'électricité perdent peu à peu la guerre. Ils réduisent l’intérêt de la facturation nette et augmentent le coût de raccordement.

Sunrun assume une part croissante des rôles traditionnellement assurés par les producteurs, comme le stockage d'énergie et son offre Brightbox. Sunrun propose des batteries de stockage, organise la collecte des excédents d’énergie qu’il fournit au gestionnaire de réseau (comme en Nouvelle Angleterre). Ces fournitures aux marchés de gros n’en sont qu’à leurs débuts. Ses livraisons de batteries représentent 10 % des systèmes qu'il déploie. En Californie, ses livraisons de batteries atteignent 25 % de ses prestations : dans cet Etat, le stockage se généralise car les trois compagnies d'électricité locales imposent désormais une proportion d'heures où le client doit utiliser obligatoirement le réseau pour bénéficier de la facturation nette 2.0.

Pris ensemble, cela signifie que l'énergie solaire distribuée et les batteries passent d'un marché de niche à la fourniture de services essentiels qui, jusqu'à présent, étaient monopolisés par de grands groupes électrogènes centralisés

Sunrun envisage de développer des communautés ou des micro-réseaux. La société compte profiter de l'obligation faite à toute nouvelle maison en Californie. Elle estime avoir déjà une part de marché de 40 %.

Il semble peu probable que Sunrun remplace complètement les compagnies d’électricité, mais la société prend de plus en plus de place sur ses concurrents et sur des générateurs centralisés, sans qu'on ne voie de limite actuellement

Photon du 10 mai

NDLR   On s’attendait à ce que l’allemand Sonnen ait ce rôle de centralisateur et de répartiteur d’énergie en excédent à travers des centrales virtuelles. C’est Sunrun qui occupe cette place car il offre la gamme de matériels qui sont nécessaires : il installe les panneaux, il propose des batteries, il relie l’ensemble avec des logiciels de gestion… Il est alors capable de gérer les excédents ou les pénuries. Il peut donc jouer le rôle de centrale virtuelle.

Dès lors, son activité empiète de plus en plus sur celle des distributeurs d’énergie : en installant des panneaux, il prive les compagnies d’une partie de leur rôle : celui de producteur d’énergie. En installant des batteries, il les prive de la vente d’énergie. Pour le moment, les compagnies d’électricité n’ont pas réussi à élaborer une stratégie pour combattre les nouveaux venus tels Sunrun. Elles n’ont pensé qu’à augmenter les tarifs des clients qui leur restent fidèles, sans percevoir que plus elles augmenteront leurs tarifs et leurs contraintes, plus ces clients voudront s’affranchir de la tutelle de ces compagnies, faisant en même temps prospérer des entreprises telles que Sunrun.

+

Au 1er trimestre, l'installateur américain Sunrun a installé 86 MW (+ 27 % en un an), a réalisé un chiffre d'affaires de 194 M$ (+ 35 % en un an). La société prévoit d'installer entre 102 et 104 MW au 2ème trimestre et 440 MW (+ 16 à + 18 %) sur l'année 2019.

GreenTech Media du 8 mai

     .
     .

DIVERS
      
    *  
Un procédé de rafraichissement des panneaux solaires

Pour son procédé de rafraichissement des panneaux solaires, le français Sunbooster vient d'effectuer une levée de capitaux. Ce système vise à refroidir les panneaux solaires soumis à trop de soleil : au-delà de la température optimale de fonctionnement (25°), les pertes de rendement des modules solaires peuvent s’élever à 0.4% par degré supérieur. Si la température monte à 80 °C, la baisse potentielle de rendement atteint 25 %. L'injection d'eau de pluie sur le haut des panneaux les refroidit, réduit l'encrassement et augmente immédiatement le rendement : le gain moyen net sur une année est de 10 %.

La société /Green Univers du 10 mai.

    .
    *   
Centrales flottantes à panneaux orientables

Le plus grand archipel d’îles solaires orientables sera construit aux Pays-Bas. D'ici 2020, 15 petites îles constituées de panneaux solaires, flottants et orientables, seront installées sur un réservoir situé à proximité de la petite ville d'Andijk. Elles fourniront 22,8 MW d'énergie à la station de traitement des eaux.

Le projet est conçu par Floating Solar, une coentreprise entre Dromec, spécialiste des technologies nautiques et des treuils, et Sun Projects, le leader néerlandais du photovoltaïque.

La nouveauté de cette ferme flottante, ce sont ses panneaux orientables. Ils suivent le trajet du soleil durant la journée afin d'optimiser la production. Le rendement peut être jusqu'à 30 % supérieur à celui de panneaux fixes : les panneaux sont reliés à un câble amarré à trois bouées, Lorsqu'on tire dessus, tous les panneaux tournent en même temps. En cas de tempête, les panneaux vont automatiquement se repositionner pour minimiser les dégâts potentiels du vent et des vagues. La centrale flottante peut ainsi résister à des rafales de 100 km/h et des vagues de 1,5 mètre de haut.

Le positionnement de cette centrale sur l'eau permet de contourner le manque de terres, et d'obtenir un rafraichissement des panneaux, ce qui procure jusqu'à 22 % de gain de production.

Ces raisons font que sur la centaine de centrales solaires flottantes en exploitation dans le monde, le Japon en a installé 80 %. Ciel et Terre en a déjà installé 100 MW en France et à l’étranger. Le marché pourrait doubler d'ici trois à quatre ans.

 Futura Planète du 2 mai

NDLR   Les informations fournies ci-dessus sont bien différents de ceux de Bloomberg NEF (Les centrales solaires flottantes vont se développer en Inde). Sans pouvoir trancher nettement, BNEF a une réputation de sérieux qui fait pencher en faveur de ses données

Ce qui est particulièrement important est le développement des centrales solaires flottantes dans le monde. Elles n’ont presque que des avantages : elles n’occupent pas de terres agricoles, n’obligent pas à déplacer des populations, augmentent le rendement des installations, réduit l’évaporation de l’eau. Le seul inconvénient est le coût supérieur de moitié de l’électricité produite, à la fois car il n’y a pas encore de production à grande échelle et par les contraintes d’installation plus difficile sur l’eau que sur terre.

Si Ciel & Terre était le pionnier dans de telles installations, de nouveaux venus imaginent de nouvelles technologies ou de nouvelles approches. La concurrence augmente. La part de marché mondiale du français baisse.
     .

le Fil de la Semaine n°276 du 13 mai

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"