L R AS Published on Monday 30 May 2022 - n° 406 - Categories:Europe

1er avis critique sur REPowerEU : multiplier par huit les installations d'EnR par an

Un troisième avis critique sur REPowerEU : il faudrait multiplier par huit les installations européennes annuelles et capter le carbone de l’air.

L’Europe aura besoin de 400 GW de nouvelles installations solaires et éoliennes par an entre 2025 et 2035

pour contribuer à limiter la hausse de la température mondiale à 1,5°C, conformément à l’Accord de Paris, selon des universitaires du Danemark et de Berlin. Ceci est à comparer aux installations annuelles de 50 GW.

Ils rappellent que le réseau électrique devra être renforcé pour accueillir le flot d’énergies renouvelables à production intermittente nécessaire. La technologie Power-to-X, y compris la production d’hydrogène vert, sera également nécessaire pour alimenter les industries difficiles à alimenter, telles que l’aviation, la navigation et le transport de marchandises. L’hydrogène propre sera nécessaire pour aider à compenser l’intermittence de l’approvisionnement en énergie des parcs solaires et éoliens.

Il n'y a pas de moyen d’atteindre une économie nette zéro en Europe d'ici le milieu du siècle sans la technologie nécessaire pour capturer le carbone de l'air. C'est la principale conclusion de chercheurs des universités danoises et allemandes.

https://www.pv-magazine.fr/2022/05/27/400-gw-de-capacites-solaire-et-eolienne-par-an-necessaires-pour-limiter-la-hausse-des-temperatures/

https://www.pv-magazine.com/2022/05/25/carbon-capture-needed-to-keep-mercury-rise-below-1-5-c/

NDLR   Chaque bureau d’études doit apporter une touche personnelle dans ses projections. Ici, on voit mal comment on parviendrait à multiplier par huit les installations annuelles d’énergies renouvelables à si brève échéance (2025-2035). Comme toujours, les études lancent des chiffres (ici 400 GW) sans qu’on connaisse comment ils sont établis. Or ces chiffres sont à la base du raisonnement et des conclusions de l’étude. Sur la base de ces 400 GW, on peut être certain qu’on n’y parviendra pas. Quelles conséquences, cela aura-t-il ?

Subscribe to the newsletter "Le Fil de l'Actu"...