L R AS Publié le mardi 5 avril 2022 - n° 400 - Catégories : divers filière.

Les propos pour inciter à l'installation du photovoltaïque n° 3 (IRENA)

Les installations d'énergie solaire doivent atteindre 5,2 TW (5.200 GW) d'ici 2030 si on veut atteindre l'objectif climatique de 1,5 °C fixé à Paris (à comparer au térawatt (TW) installé depuis l’origine dans le monde en février 2022), si on en croit l'IRENA. Pour cela, il faut tripler les installations annuelles

et passer des 126 GW installés en 2020 à 444 GW chaque année jusqu’en 2050.

L'Asie, l'Amérique du Nord et l'Europe auront installé 80 % des centrales dans le monde. L'Asie ajoutera 210 GW par an d'énergie solaire durant la décennie. L'Amérique du Nord devra installer 90 GW par an jusqu'en 2030 et l'Europe 55 GW chaque année. Ces mises en exploitation coûteront mille milliards de dollars par an jusqu’en 2030, dont plus d'un tiers (338 milliards de dollars US) pour le seul solaire photovoltaïque, soit plus du triple des investissements dans cette technologie.

Des obstacles ralentiront cette réalisation solaire tels que la connexion et la flexibilité du réseau, le manque de travailleurs qualifiés et des cadres politiques défavorables.

Le prix des contrats d'achat d'électricité (CAE) a baissé au cours de ces dernières années. Selon l’IRENA, les prix moyens des CAE pour 2022 s'établissant à 0,04 $/kWh, soit près d'un tiers de moins que le charbon, le concurrent fossile le moins cher, avec plusieurs projets depuis 2018 dont le coût de l'électricité est inférieur à 0,02 $/kWh au Moyen-Orient.

Le solaire photovoltaïque et l'éolien fourniront à eux seuls 42 % de la production totale d'électricité d'ici 2030, elle se situe aujourd'hui à 10 %.

https://www.pv-tech.org/solar-pv-installs-to-reach-5200gw-by-2030-to-meet-1-5c-paris-climate-goal/

PV Tech du 30 mars 2022

NDLR    L’IRENA a fixé un objectif mondial d’installation de 5,2 TW d’ici 2030. Pourquoi ce montant ? D’où vient-il ? Tient-il compte des besoins à venir des consommateurs ? Avec quelle augmentation par rapport à la demande actuelle ? Ou bien est-ce la demande actuelle d’électricité qui constitue l’objectif de 5,2 TW ? Le flou des présupposés de cet organisme le discrédite.

En outre, et au moment où la Chine restreint les livraisons de panneaux, sous prétexte de pénurie de silicium, de désorganisation de son économie avec la pandémie, ou de limitation de l’énergie en Chine, et bien sûr après avoir augmenté considérablement les prix, l’IRENA « oublie » d’envisager quelle solution adopter si l’accès aux panneaux devait être limité.

Pourquoi l’IRENA ne dit-il pas comment on pourrait tripler (passer de 126 GW installés en 2020, à 444 GW à installer dès 2022) quand il n’y a pas assez de panneaux produits, qu’il y a une pandémie en cours en Chine, qu’il n’y a pas assez de navires pour les transporter.

Il est facile à partir d’affirmations non justifiées, d’alerter sur un danger. On dit toujours que le réalisme et le concret sont les meilleures armes pour convaincre. Manifestement, ce n’est pas la compétence de l’IRENA

+

Autre texte sur l’étude d’IRENA

Selon l'IRENA, le monde aura besoin d'une capacité de production de 5,2 TW d'énergie solaire d'ici 2030 pour éviter une catastrophe climatique. Or le monde est "malheureusement" loin de plafonner la hausse des températures à 1,5 °C, et d'ajouter : « Les progrès réalisés dans toutes les utilisations de l'énergie ont été terriblement insuffisants. »

Le monde devra installer 450 GW de nouvelles capacités solaires chaque année - la plupart à l'échelle des services publics - pour le reste de cette décennie, la Chine et l'Inde devant mener l'Asie à une part d'environ la moitié de la capacité photovoltaïque installée dans le monde en 2030.

Nous devrons commencer à consacrer 5.700 milliards de dollars par an à la transition énergétique pour le reste de la décennie.

Cela est réalisable si les 700 milliards de dollars par an consacrés aux combustibles fossiles sont immédiatement détournés vers la transition, indique l’étude. L'investissement public dans la transition devra également doubler immédiatement, selon l'Irena, pour attirer le reste des fonds nécessaires du secteur privé, qui supporterait la majeure partie de la charge financière.

https://www.pv-magazine.com/2022/03/29/world-will-need-5-2tw-of-solar-this-decade-to-avoid-climate-breakdown/

PV Magazine du 29 mars 2022

NDLR   A l'énoncé de ces chiffres, on se demande quel est le sérieux de l'IRENA. Il s'agit d'une agence qui veut promouvoir les énergies renouvelables et qui donc à un biais évident pour affirmer qu'on n'en fait pas assez pour le solaire ou l'éolien. L'IRENA est payé pour éviter de regarder la situation en face et de ne parler que d'énergies renouvelables

Certes les EnR sont indispensables, mais l'IRENA ne cherche pas à savoir comment atteindre ses préconisations d'installations, ou encore si les capacités industrielles sont disponibles. Il ne suffit pas dire "il faut que..." "on n'a qu'à ..."

Enfin, on en sait pas d'où viennent ces chiffres. Compte tenu du tropisme de l'organisation, rien ne dit qu'il n'a pas ajouté un ou deux zéros aux chiffres présentés

 Les propos pour inciter à l'installation du photovoltaïque n° 1

Les propos pour inciter à l'installation du photovoltaïque n° 2 (Wärtsilä)

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"

Articles les plus lus sur 10 jours glissants

Articles les plus lus sur 1 mois glissant