L R AS Publié le lundi 20 septembre 2021 - n° 374 - Catégories : guerre commerciale, silicium mono/multi

La situation du silicium dans la filière PV et le conflit sino-américain

La capacité de production de silicium est incapable de suivre l'expansion rapide des capacités de la filière photovoltaïque. Il faut un délai de plus de deux ans pour achever la construction d'une unité de production de silicium, puis atteindre la pleine exploitation.

Le déséquilibre entre offre et demande

a augmenté les prix du silicium de 250 % (davantage qu'un triplement) entre le 2ème semestre 2020 et juin 2021.

Depuis 2020, les capacités de production de plaquettes, de cellules et de panneaux se sont rapidement développées, les portant à 264 GW, 322 GW et 365 GW, respectivement, à la fin du premier semestre 2021. Elles devraient atteindre 365 GW, 439 GW et 463 GW, à la fin de cette année. La production mondiale de silicium devrait atteindre 550.000 tonnes métriques cette année, ce qui permettra de produire environ 190 GW de modules.

Si le plus dur de la pénurie est passé, les différents commerciaux entre les États-Unis et la Chine sont sources d'incertitude. L’interdiction des importations du silicium métallique de Hoshine restreint les importations de produits à base de silice. Le sénat américain a aussi adopté la loi sur la prévention du travail forcé des Ouïghours. Elle interdit l'importation de biens produits au Xinjiang. Il faut encore qu'elle soit adoptée par la Chambre des Représentants. Ceci élargirait les entreprises concernées par cette restriction

Différents fabricants de panneaux risquent de voir leur cargaison saisie car ils utilisent du silicium métallique de Hoshine. Depuis le mois d'août, les panneaux de certains fabricants auraient été saisis par les agents du service des importations. Certains auraient été libérés peu après.

Outre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique pourraient instaurer des mesures similaires. Dans l'Union Européenne, plusieurs États membres ont récemment adopté ou rédigé des lois visant à lutter contre le travail forcé dans les chaînes d'approvisionnement.

Le Xinjiang représente 35 à 40 % de la production mondiale de silicium. Hoshine, le plus grand fabricant de silicium métallique au monde, en absorbe 20 %. 20 à 40 % du polysilicium pourrait faire l'objet de restrictions de la part des États-Unis ou de l'Europe. Un montant de 20 % seulement du silicium sera interdit d'entrée en Europe ou aux Etats-Unis si la mesure ne s'applique qu'à Hoshine.

La production de silicium hors Xinjiang peut fournir 82 GW au second semestre et 196 GW en 2022 et 218 GW en 2023, ce qui est suffisant pour répondre à la demande des États-Unis et des pays susceptibles d'imposer des restrictions à l'importation. Cependant, le marché américain pourrait être légèrement affecté.

Si les produits fabriqués au Xinjiang sont interdits d'importation, Daqo, Xinjiang GCL, TBEA, East Hope seront concernés. Cela touchera alors 40 % du silicium. Il restera environ 33 GW, 84 GW et 100 GW de silicium disponible au cours du second semestre de 2021, et pour 2022 et 2023, respectivement - ce qui est suffisant pour servir le marché américain.

Si l'Europe se joint aux Etats-Unis, des pénuries de silicium se produiront immédiatement dans les régions autres que le Xinjiang. Si cela se produit en 2022, l'offre de polysilicium en dehors du Xinjiang sera en équilibre serré et légèrement déficitaire pendant la haute saison. Dans le scénario de 2023, l'offre globale de silicium sera à nouveau excédentaire après la mise en service d'importants volumes de nouvelles capacités.

Conclusion de Mme Lin de PV Infolink, la limitation des importations et la loi sur la prévention du travail forcé des Ouïghours n'affecteront pas de façon marquée la demande américaine. Tout dépend de l'attitude européenne.

Les impacts du silicium après 2023 seront limités car l’abondance fera baisser les prix. Différentes sociétés évaluent la possibilité de reprendre la production. D'autres annoncent leur prochaine production. Si ces productions sont effectives, les prix vont baisser du fait des excédents

https://www.pv-magazine.com/2021/09/14/polysilicon-amid-international-trade-disputes/

PV Magazine du 14 septembre 2021

NDLR   Ce message parait bien trop optimiste : d’une part l’auteur ne considère pas assez l’aspect politique. Or la Chine est très sourcilleuse de son indépendance. Or les Etats Unis lui font un affront en refusant les produits à base de silicium du Xinjiang. Elle a déjà réagi (voir par ailleurs et le Regard sur le PV de cette semaine).

L’aspect économique n’est pas suffisamment pris en compte. En prétendant une pénurie de silicium en 2020-début 2021, en provoquant une hausse considérable de son prix, et en constatant une demande mondiale toujours aussi forte d’exportation des panneaux, la Chine a compris qu’il lui suffisait d’augmenter, avec des arguments divers (réglementaires ces jours-ci), les prix du silicium et des panneaux. Elle montre ainsi sa puissance politique, enrichit ses entreprises et affaiblit ses concurrents. Quoi demander de plus ?

La volonté du reste du monde de s’équiper de panneaux va se heurter à des prix élevés, et à une rareté organisée des panneaux

La dimension politique du dossier est plus important que l’aspect économique. Il ne faut pas se tromper et ne pas rester sur une logique économique occidentale.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"