L R AS Publié le lundi 20 septembre 2021 - n° 374 - Catégories : divers filière., instal. distribuées

Plaidoyer pour des installations solaires sur les toits

Dans leur étude, Schneider Electric et BloombergNEF incitent les pouvoirs publics à libérer l'énorme potentiel solaire des toits dans le monde.

Donnant un exemple en Californie,

l'étude indique que la période de remboursement de cinq ans pour les panneaux solaires installés sur les bâtiments dans cet Etat est réduite de moitié pour les systèmes installés dès la construction initiale des bâtiments, en raison de la réduction des coûts de marketing, de vente, de main-d'œuvre et de construction.

En France, le taux de retour sur investissement d'une installation solaire sur une maison existante serait de 18,5 %, alors qu'elle atteindrait 28 % pour les systèmes solaires rendus obligatoires sur les nouvelles constructions.

Le potentiel d'installation pour le résidentiel ou le professionnel atteindrait 2 TW d'ici 2050 auquel s'ajoutera 1 TW de stockage.

En France, les mesures incitatives ont permis de mettre en place 0,5 GW de panneaux sur les toits. Les entreprises françaises bénéficient d'un retour sur investissement de neuf ans pour les systèmes commerciaux sur site.

Les systèmes de stockage résidentiel ou commercial devraient être favorisés. Ils contribueraient à l'équilibre du réseau.

L'étude suggère divers aménagements : l'ajustement des tarifs payés par les services publics pour l'excédent d'électricité exporté vers le réseau, des prix de l'électricité en fonction de l'heure de consommation, les paiements "d'agrégation" aux foyers et aux entreprises pour l'utilisation de leurs systèmes de stockage et les frais de demande imposés aux entreprises pour la consommation d'électricité pendant les heures de pointe.

https://www.pv-magazine.com/2021/09/16/solar-on-new-build-homes-has-significantly-shorter-payback-period/

PV Magazine du 16 septembre 2021

NDLR  Il faudra bien en venir aux installations sur les toits si les développeurs éprouvent des difficultés à trouver de grandes surfaces disponibles. De plus une production locale pour une consommation locale ne peut qu’être bien perçue. En revanche, la production locale remet en cause le réseau électrique actuel. C’est probablement pourquoi on ne met pas (encore) l’accent sur ces possibilités d’installation.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"