L R AS Publié le lundi 18 janvier 2021 - n° 346 - Catégories : le Fil de la Semaine

Le Fil de la Semaine n° 346 du 18 janvier 2021

LES POINTS IMPORTANTS DE L'ACTU DE CETTE SEMAINE

S'il n'y avait que cinq textes à lire cette semaine :

FRANCE  

    *   Le projet de scission d'EDF n'a pas pris en considération les collectivités territoriales   

LA FILIÈRE

    *  Pourquoi une telle vague d'augmentation de capacité de production de panneaux ?

 

LE MONDE         

    *  Les prix des contrats d'achat d'énergie aux Etats-Unis en 2020 

 

PRODUITS        
     .   

    * 
Le vent passant sous les panneaux solaires posés sur l'eau améliore le rendement    

 

DIVERS

     *   Qu'arrive-t-il aux systèmes PV quand il neige ? Au système PV flottant lorsque l'eau gèle ?   

 

Autres articles intéressants :

FRANCE
 

    *   Présentation par Finergreen de l'appel d'offres "solaire ZNI " tranche 3


    * 
Présentation par Finergreen de l'appel d'offres "Innovations solaires" tranche 3


    * 
Un avis juridique sur la décision de revoir les contrats d'avant 2011


    * 
Total achète 20 % de l'indien Adani Green Energy (AGEL)


    * 
Neoen propose un nouveau projet de batterie de grande taille en Australie


    * 
Des oppositions s'élèvent contre le projet de centrale solaire sur 1.000 hectares
     .   
     .
LA FILIÈRE


    * 
Deux exemples d'entreprises chinoises qui se lancent dans la construction d'usines et d'extension de capacité


    * 
Recourir à une conjonction d'EnR ayant des productions intermittentes différentes
     .   
     .
LE MONDE


    * 
15,4 GW de grandes centrales PV installées en 2020 aux Etats-Unis + 4,1 GW de petites installations
     .   
     .
LES PRODUITS


    * 
Des panneaux photovoltaïques et solaires thermiques en couleur et posés cote à cote
     .

DIVERS


    *  
Les énergies renouvelables supplanteront les énergies fossiles d'ici 2030,





     LE DEVELOPPEMENT DE CES TITRES

     .
FRANCE
 
    *  
Le projet de scission d'EDF n'a pas pris en considération les collectivités territoriales

Le projet de scission du groupe EDF se poursuit avec des discussions entre la France et l'Union Européenne. Ce projet, nommé Hercule, prévoit de scinder le groupe en trois : a°) le nucléaire qui serait renationalisée au sein d'une partie  appelée EDF Bleu ; b°) les activités hydrauliques avec les barrages feraient partie d'EDF Azur, avec un statut de quasi régie ; c°) les énergies renouvelables feraient partie d’EDF Vert. Cette activité accueillerait des capitaux privés et éventuellement serait cotée en Bourse.

Cette réorganisation s'explique par le besoin important de capitaux de la partie nucléaire lié à l'augmentation de la durée de vie des centrales de 40 ans à 50 ans, aux financements des EPR en cours de construction (et d'éventuels autres EPR), et le démantèlement des centrales actuellement en activité. Le financement serait mieux assuré si l'Etat français était garant des emprunts de la branche nucléaire. Ceci pourrait aussi permettre d'assurer une garantie de recettes sur la vente de l'électricité nucléaire. Le dispositif Arenh devrait être réformé.

Ce projet de dispositif n'a pas tenu compte que les réseaux de distribution d’électricité sont la propriété des collectivités locales. Elles sont à l’origine de leur déploiement avant-guerre, sous la forme de concessions de service public ou de régies. La création d’EDF en 1946 a conforté la place des collectivités locales dans le système de la distribution électrique. Là où des régies existaient, le législateur a préservé l’initiative locale sous la forme d’entreprises locales de distribution. Ailleurs, l’exploitation du réseau a été confiée à EDF (puis à EDF/Enedis) sous forme de concession de service public. Pourtant, les collectivités demeurent les autorités organisatrices pour la fourniture de l’électricité aux Tarifs Réglementés de Vente

Une de ces collectivités publiques, le SIPPEREC avec plus de 5 % de la consommation électrique française, représente 84 collectivités et près de 4 millions d’habitants de la région parisienne. Cet organisme s'insurge contre ce projet, et met en avant que son rôle local n'a pas été pris en compte dans le schéma de réorganisation et évoque trois préoccupations. A°) Le prix de l’électricité payé par le consommateur. B°) La qualité du service et particulièrement du réseau, ce qui impose l'entretien et donc les investissements. C°) Le développement des énergies renouvelables et leur cohérence avec le réseau.

D'où la volonté de ces collectivités concédantes de se faire entendre des pouvoirs publics. Elles menacent de reprendre en régie la gestion des réseaux locaux, d’organiser la fourniture des tarifs réglementés de vente, et d’assurer ainsi à tous les salariés concernés le maintien du statut des industries électriques et gazières. Les collectivités territoriales en charge de la gestion des réseaux d’énergie veulent restent au cœur de la réorganisation du secteur électrique.

https://www.pv-magazine.fr/2021/01/14/pour-le-sipperec-le-projet-hercule-dedf-est-un-hold-up-au-detriment-des-collectivites-et-des-usagers/

PV Magazine du 14 janvier 2021


    *   Présentation par Finergreen de l'appel d'offres "solaire ZNI " tranche 3

Présentation par Finergreen de l'appel d'offres "solaire ZNI " tranche 3 et publié par le ministère le 23 décembre 2020


    * 
Présentation par Finergreen de l'appel d'offres "Innovations solaires" tranche 3

Présentation par Finergreen de l'appel d'offres "Innovations solaires" tranche 3 et publié par le ministère le 23 décembre 2020


    * 
Un avis juridique sur la décision de revoir les contrats d'avant 2011

Trois avocats apportent leur point de vue sur les voies d'actions possibles pour les producteurs qui seraient concernés par la décision gouvernementale et législative de revoir les contrats signés avant 2011.

https://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2021/01/r%C3%A9vision-des-contrats-photovolta%C3%AFques-analyse-et-voies-daction-possibles-pour-les-producteurs.html

Tecsol du 10 janvier 2021


    * 
Total achète 20 % de l'indien Adani Green Energy (AGEL)

Total acquiert une participation de 50 % dans un portefeuille solaire en opération de 2,35 GW-ac détenu par AGEL et une participation de 20 % dans cette société, pour un montant global de 2,5 milliards de dollars.

AGEL serait le premier développeur solaire au monde. Il dispose de 3 GW de renouvelables en opération, 3 GW en construction et 8,6 GW en développement. AGEL veut atteindre 25 GW de capacité de génération électrique à partir d'énergies renouvelables en 2025.

Total et Adani ont déjà un partenariat dans la distribution de gaz en Inde depuis 2018 avec une participation de Total dans Adani Gas.

Communiqué du 18/01/21


    * 
Neoen propose un nouveau projet de batterie de grande taille en Australie

Neoen a déposé une demande d'autorisation de construction d'une batterie de 500 MW/1000 MWh qui serait construite à l'ouest de Sydney (Australie). Il construirait aussi une nouvelle ligne de transmission qui relierait cette batterie à la sous-station TransGrid 330 kV existante de Wallerawang. Ce projet coûterait 300 à 400 M$.

Neoen affirme que cette batterie est la clé pour débloquer les investissements futurs dans l'énergie renouvelable et pour résoudre les limitations existantes du réseau.

Neoen exploite actuellement la plus grande batterie au lithium-ion au monde à Hornsdale, en Australie du Sud, qui a une capacité de 150 MW / 194 MWh. La capacité du nouveau projet est trois fois plus important. Il pourrait être opérationnel en 2023.

En 2020, Neoen a obtenu un contrat pour construire la batterie Victoria de 300 MW / 450 MWh

https://www.pv-magazine.com/2021/01/12/neon-plans-500-mw-1000-mwh-battery-in-australia/

PV Magazine du 12 janvier 2021


    * 
Des oppositions s'élèvent contre le projet de centrale solaire sur 1.000 hectares

L'annonce officielle le 11 janvier, d'un projet de centrale solaire de 1 GW en Gironde amenant à couper mille hectares de forêts suscite l'opposition des défenseurs de l'environnement

Les promoteurs (Engie et Neoen au sein du projet Horizeo) affirment qu'ils remplaceront les 1.000 hectares coupés par 2.000 hectares dans la région Nouvelle Aquitaine pour rester au plus près de la filière locale.

Les opposants au projet estiment que le reboisement annoncé aurait de toute façon eu lieu puisqu'il intervient sur toute surface coupée à ras. Pour eux, la forêt perdra 1.000 hectares de bois

Un débat public aura lieu au second semestre 2021, entre les parties prenantes sous l'égide de la Commission Nationale du Débat Public.

Cet investissement est estimé à un milliard d'euros dont 650 M€ pour le parc solaire, 80 M€ pour le raccordement, 40 M€ pour la construction de l’électrolyseur, à 200 millions pour le data center qui sera exploité par un tiers, à 20 millions d’euros pour la batterie de 40 MWc et à 10 millions d’euros pour le terrain d’agrivoltaïsme. Environ 20 % de la production du parc sera utilisé en autoconsommation pour l’électrolyseur et le datacenter, le reste étant livré dans le cadre d’accords de fourniture d’énergie verte.

https://www.pv-magazine.fr/2021/01/14/le-projet-horizeo-de-engie-et-neoen-suscite-la-colere-dune-association-environnementale/

PV Magazine du 14 janvier 2021

NDLR   Plus une centrale solaire est vaste, plus le prix de revient de son électricité est faible. Seulement, les très grandes surfaces ne sont pas nombreuses en France et sont défendues par des associations qui retardent ou arrêtent les projets. Ainsi, la centrale de 300 MWc dans les Causses parait abandonnée.
     .   
     .
LA FILIÈRE

    * 
Pourquoi une telle vague d'augmentation de capacité de production de panneaux ?

L'automatisation de l'assemblage des panneaux a fortement réduit les dépenses d'investissement et d'exploitation. Ceci signifie que si des lignes de production doivent être arrêtées du fait d'une surproduction, les conséquences financières sont faibles.

Une phase d'expansion massive des capacités se manifeste depuis 2019. Elle s'est intensifiée au premier trimestre 2020, mais s'est ralentie tout au long de l'année. Dès lors, les chiffres cumulés sont en chute libre, ce qui fait craindre une réelle surcapacité en 2021. Surtout si les prévisions du marché (145 GW à 160 GW, soit + 20 %) se révélaient justes.

Pour ajuster les augmentations de capacité cumulées depuis 2019, à la demande, il faudrait un marché de l'ordre de 300 GW.

De ce montant, il faudrait retirer les anciennes capacités de production, notamment celles de 2018 qui s'élevaient entre 80 GW et 100 GW, afin de laisser la place aux nouveautés telles que les grands formats de plaquettes, la généralisation du monosilicium, les équipements ayant une plus forte productivité. Dès lors, PV Tech estime que la demande devrait être de l'ordre de 200 GW en 2021 pour limiter la surcapacité.

Comme l'automatisation des lignes de production s'est développée, la surcapacité de production d'assemblage de panneaux ne se pose plus dans les mêmes termes : on arrête les machines. En revanche, il faut surveiller le marché du silicium, des plaquettes et des cellules. Le volume de production du silicium fixe la limite supérieure des capacités de production de la filière. En 2021, l'offre de silicium sera limitée, ce qui a incité les grands fabricants à passer des contrats d'approvisionnement.

Dès lors, la surcapacité de la vague actuelle d'expansion des capacités de production est évitable pour les prochaines années, sauf un effondrement majeur de la demande du marché final.

Les grands fabricants gagnent des parts de marché, ce qui explique leurs augmentations de capacité de production. Ces nouvelles installations réduisent leur coût par watt.

*La "bancabilité" est associée aux gains de parts de marché des fabricants de SMSL. Les principaux fournisseurs mondiaux pour les compagnies d’électricité doivent disposer de la bancabilité qui est l'indicateur clé. Il n'est donc pas surprenant que la pyramide de bancabilité de PV ModuleTech (ci-dessous) place la majorité des membres de SMSL dans les trois premiers rangs des classements "A".

*Le second facteur de cette vague d'expansion de capacité est la nécessité pour les autres fabricants chinois d'être à la poursuite des fabricants du SMSL et de suivre le changement de technologie et de format de cellules.

*Le troisième facteur est la demande. De nombreux membres de la SMSL semblent actuellement déphasés par rapport aux prévisions du marché. Certains sont très optimistes quant à la demande en 2021 et tout au long de la décennie.

La demande dépend de la volonté de décarbonisation de l'industrie, des transports, des véhicules électriques, mais aussi les plans verts de relance de l'économie. La parité réseau est désormais atteinte et peut s'étendre à l'industrie. Ces facteurs ont été survalorisés par certains grands fabricants qui ont des projets de livraisons vraiment ambitieuses. Quatre membres du SMSL devrait avoir livré plus de 15 GW en 2020.

Les estimations de capacité sur ce tableau traduisent les anticipations de hausse des fabricants.

https://www.pv-tech.org/editors-blog/what-is-driving-the-mass-wave-of-solar-manufacturers-capacity-expansions

PV Tech du 11 janvier 2021


    * 
Deux exemples d'entreprises chinoises qui se lancent dans la construction d'usines et d'extension de capacité

Deux exemples d'entreprises qui se lancent dans la construction d'usines et d'extension de capacité, fournis par PV Tech

Le cas du chinois Eging PV : cette société créée en 2003 a exploité une petite capacité de production de cellules (1,2 GW) et de panneaux (1,5 GW) durant les années 2016-2019. Son chiffre d'affaires, réalisé à 70 % en Chine, a donc stagné. Un changement de direction mi-2019 a réveillé la société. Elle a lancé la construction d'une usine de lingots et de plaquettes de 3 GW en Mongolie Intérieure pour 154 M$ ; elle a lancé une augmentation de 1,5 GW de capacité de cellules pour 93 M$ ; elle a lancé une augmentation de capacité de 2,5 GW d’assemblage de panneaux pour 49 M$.

Ces projets ont été justifiés par des coûts d'électricité élevés, par des équipements obsolètes, par la nécessité de réduire les coûts et d'augmenter la productivité. De plus, la capacité de production de cellules de l'entreprise était insuffisante pour répondre aux besoins de production de panneaux.

Onze mois plus tard (fin décembre 2020), Eging PV prévoyait d'augmenter la capacité des cellules solaires de 3 GW dans ses installations de Changzhou, et d'ajouter 2 GW supplémentaires de capacité d'assemblage de panneaux, afin de répondre à la demande. Au 1er semestre 2020, les livraisons de panneaux par la société avaient doublé par rapport au début de 2019.

Au cours du 1er trimestre 2020, la profession a annoncé l'expansion des capacités de lingots et de plaquettes de 123 GW, de cellules solaires pour 212 GW, d'assemblage de panneaux pour 170 GW.

Le cas du chinois LONGi : c'est le plus grand producteur mondial de plaquettes monocristallines. Il a livré 20 GW de panneaux en 2020. Ses plans cumulés d'augmentation de capacité de panneaux prévoient d’atteindre 50 GW en 2021, avec des livraisons estimées à environ 45 GW.

En janvier 2018, une usine d'assemblage de panneaux est prévue à Chuzhou de 5 MW. En avril 2019, une usine de cellules solaires de 5 MW est annoncée à Ningxia. Fin 2020, LONGi annonce que les montants investis dans ces deux installations ont été inférieurs aux prévisions et avaient permis d'économiser 46 M$ du fait des progrès technologiques, de la baisse du coût des équipements et de la productivité. LONGi utilisera ces capitaux pour construire une autre usine de cellules de 3 GW.

https://www.pv-tech.org/editors-blog/capacity-expansions-two-tales-at-two-different-scales

PV Tech du 14 janvier 2021


    * 
Recourir à une conjonction d'EnR ayant des productions intermittentes différentes

Plutôt que de chercher la stabilité de la production intermittente solaire ou éolienne, un groupe international de scientifiques en Suède préconise d'exploiter la complémentarité des différentes sources d'énergies renouvelables intermittentes dans les réseaux électriques régionaux ou nationaux.

L'étude présente les multiples obstacles, ainsi que des opportunités importantes pour le développement de systèmes hybrides d'énergie renouvelable.

Cette préconisation intervient au moment où les installations solaires et éoliennes deviennent de plus en plus conséquentes avec des objectifs ambitieux pour 2030. Les technologies de stockage de l'énergie seront bien sûr essentielles à cet égard. La meilleure stratégie repose sur des systèmes hybrides basés sur trois ou quatre sources de production différentes afin de tirer parti de leurs profils différents d’intermittence. Chacun compense les indisponibilités, et augmente le niveau de puissance disponible pour le réseau à un moment donné.

Ainsi, un système hybride éolien+ solaire peut réduire le besoin de stockage de 50 % par rapport à l'une ou l'autre technologie fonctionnant seule. L'ajout de deux autres énergies renouvelables (dont l'hydroélectricité) réduit les besoins de stockage.

https://www.pv-magazine.com/2021/01/14/complementary-hybrid-pv-systems-can-reduce-reliance-on-storage/

PV Magazine du 14 janvier 2021
     .   
     .
LE MONDE

    * 
Les prix des contrats d'achat d'énergie aux Etats-Unis en 2020

Les prix moyens des AAE ont augmenté de 11 % sur le marché américain en 2020 pour un prix moyen de 30,56 $/MWh avec des extrêmes compris entre 25,10 $ le MWh (pour CAISO) et 37,50 $ /MWh (pour la compagnie PJM) :

Cette hausse a commencé au début de l'année 2020, à peu près au moment où la pandémie a commencé à se propager au niveau international. Le virus n'a pas été le seul facteur à l'origine de cette hausse, selon LevelTen. Il y a eu les retards de connexion au réseau, les difficultés d'obtention de permis, ainsi que des contraintes d'approvisionnement.

Les projets les plus compétitifs ont trouvé des acheteurs, alors que les projets les plus chers sont restés sans acheteur. 74 % des développeurs ont choisi de ne pas augmenter le prix de leurs contrats malgré le covid et les difficultés. 22 % ont développé moins de projets ce qui a diminué la concurrence. Celle-ci s'était manifestée en 2019 entrainant la baisse des prix. En définitive, malgré la hausse des prix, il y a eu 50 % d’offres supplémentaires par rapport à l’année précédente :

59 % des développeurs ont retardé la mise en exploitation commerciale, et 41 % ont retardé les négociations et l'exécution des contrats des achats d'énergie :

Les professionnels ne croient pas que la hausse des prix entrainera une désaffection des acheteurs en 2021. Les entreprises se tourneront autant qu’en 2020 ou en 2019 vers les énergies renouvelables car les dirigeants voudront organiser leur activité après la pandémie avec des engagements de durabilité des prix. Ceci oblige les acheteurs à se tourner vers les énergies renouvelables.

Outre les entreprises, de nombreuses municipalités, Etats ou agences gouvernementales chercheront à stimuler leur économie de manière durable en recherchant des énergies renouvelables.

https://www.pv-magazine.com/2021/01/14/average-ppa-prices-rose-in-us-market-in-2020/

PV Magazine du 14 janvier 2021


    * 
15,4 GW de grandes centrales PV installées en 2020 aux Etats-Unis + 4,1 GW de petites installations

15,4 GW de grandes centrales solaires seront mises en service en 2021, selon l'Administration américaine de l'Information sur l'Energie (EIA), dépassant les 12 GW de 2020.

L'énergie solaire représentera la plus grande part des nouvelles capacités (soit 39 %) ; l'énergie éolienne contribuera avec 31 %. Au total, 39,7 GW de nouvelles capacités de production d'électricité devraient entrer en service cette année. Plus de la moitié de la nouvelle capacité photovoltaïque destinées aux compagnies d’électricité est prévue dans quatre États : le Texas (28 %), le Nevada (9 %), la Californie (9 %) et la Caroline du Nord (7 %).

En 2021, il s'y ajoutera une capacité supplémentaire de 4,1 GW de petites installations photovoltaïques qui entreront en service d'ici la fin de l'année.

https://www.pv-tech.org/news/record-15.4gw-of-utility-scale-solar-to-come-online-in-the-us-this-year-eia-says

PV Tech du 14 janvier 2021
     .   
     .
LES PRODUITS


    * 
Le vent passant sous les panneaux solaires posés sur l'eau améliore le rendement

Des chercheurs des Pays-Bas (TNO) et de Singapour (SERIS) ont constaté que le vent passant sous les panneaux solaires posé sur des structures proches de l'eau réduit considérablement la température moyenne des panneaux, ce qui augmente la production d'énergie

Ils ont fourni des chiffres de perte de chaleur

https://www.pv-magazine.com/2021/01/12/system-design-key-to-enhancing-cooling-effect-of-water-in-floating-pv/

PV Magazine du 12 janvier 2021


    * 
Des panneaux photovoltaïques et solaires thermiques en couleur et posés cote à cote

Le Fraunhofer ISE a mis au point une technique pour produire des panneaux solaires de couleur vive. Ils l’ont obtenu par un effet d'optique et non avec des pigments de couleur ce qui réduirait leur efficacité : 93 % de la lumière peut ainsi rentrer dans les panneaux et produire de l'énergie. 7 % de la lumière vient toucher le verre et fournit une coloration vive, en bleu, vert ou rouge vif.

Le verre de couverture constitue un panneau photovoltaïque, ou bien il s’intègre dans un collecteur de chaleur solaire. Les deux technologies pourraient être fabriquées dans la même chaîne de production. À l'avenir, les panneaux photovoltaïques et solaires thermiques pourraient être de la même couleur et montés l'un à côté de l'autre de manière presque invisible sur les toits ou les façades.

Les cellules peuvent se chevaucher de quelques millimètres pour former un panneau plus grand, et créent un ensemble homogène sans interstices, ni fil de contact visible.

https://www.pv-magazine.com/2021/01/14/fraunhofer-ise-develops-glowing-colored-solar-modules/

PV Magazine du 14 janvier 2021

NDLR   Cette innovation pourrait bien rendre les panneaux solaires bien plus séduisants

     .   
     .

DIVERS

    *  
    *  
Qu'arrive-t-il aux systèmes PV quand il neige ? Au système PV flottant lorsque l'eau gèle ?

La chute de neige en Espagne fait s'interroger sur l'effet de la neige sur la production des panneaux solaires. Selon certains spécialistes, certains systèmes photovoltaïques pourraient cesser de fonctionner complètement et des défaillances de composants ne sont pas à exclure, mais cela dépend beaucoup de l'angle d'orientation des panneaux et du type de technologie utilisée.

Une enquête de 2013 menée dans le sud-ouest de l'Ontario (Canada) indique que le rendement annuel des panneaux solaires cristallins est réduit jusqu'à 3,5 % par an en raison de la neige, par rapport à un scénario au même endroit sans neige. Une couche de seulement 3 ou 4 centimètres de neige peut faire cesser complètement le fonctionnement d'un panneau conventionnel. « S’il y a en plus un ciel nuageux, la performance est pratiquement nulle ou tend à devenir insignifiante. »

Les panneaux bifaciaux semblent être le choix optimal pour les zones où il y a régulièrement de la glace, de la neige ou de la grêle. Cependant, l'amélioration avec la neige n'est pas très perceptible si la surface d'exposition directe est couverte. Si la surface supérieure n'est pas nettoyée, la performance sera toujours très faible.

https://www.pv-magazine.com/2021/01/13/spanish-pv-struggling-with-snowfalls-caused-by-storm-filomena/

PV Magazine du 13 janvier 2021

+

Lorsque l'eau gèle, l'ensemble du système gèle. Les ancrages doivent être installés avant les grands froids. On doit tenir compte de la glace flottante, du soulèvement du niveau de l'eau du fait du gel et de la grosse quantité et du poids de la neige qui s’accumulera. Il faut prévoir une construction relativement lente, des ancrages spéciaux, ce qui rend le projet plus cher.

La basse température pendant les périodes de gel augmente la production énergétique du système flottant

https://www.pv-magazine.com/2021/01/15/what-happens-to-floating-pv-when-the-water-surface-freezes/

PV Magazine du 15 janvier 2021


    *  
Les énergies renouvelables supplanteront les énergies fossiles d'ici 2030,

L'américain McKinsey affirme que les énergies renouvelables supplanteront les énergies fossiles d'ici 2030, car elles deviennent moins chères à installer et à produire. Ainsi, les centrales solaires et éoliennes représenteront près de la moitié de la capacité mondiale de production d’électricité d’ici 2035. Ce document valorise également la compétitivité de l’hydrogène vert d’ici 2030 et son rôle en faveur de la transition énergétique.

La demande mondiale de charbon a déjà atteint son paroxysme, alors que les pics pour le pétrole et le gaz seraient atteints respectivement en 2029 et en 2037.

Enfin, dans son scénario de référence, le monde sera largement au-dessus de 1,5 °C de réchauffement climatique. La pandémie fait chuter la demande mondiale d'énergie. Le redressement économique entrainera une demande plus rapide de la demande d'électricité et de gaz que celle du pétrole.

https://www.pv-magazine.fr/2021/01/15/les-renouvelables-devraient-supplanter-les-energies-fossiles-dici-2030-mckinsey-co/

PV Magazine du 15 janvier

NDLR  Il faut se méfier des "études" qui ont un présupposé idéologique. Celle-ci parait bien trop consensuelle pour être crédible. Si les énergies renouvelables vont se développer, leur généralisation dépend de l'utilisation de stockage qui sont encore loin d'être au point et surtout généralisables.

.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"