L R AS Publié le lundi 7 décembre 2020 - n° 343 - Catégories : le Fil de la Semaine

Le Fil de la Semaine n° 343 du 7 décembre

LES POINTS IMPORTANTS DE L'ACTU DE CETTE SEMAINE

S'il n'y avait que cinq textes à lire cette semaine :

LA FILIÈRE

    *  L’évolution du stockage de l'énergie en Europe
 

LE MONDE         

    *  Au 3ème trimestre, les États-Unis ont installé 3 fois plus de batteries au 2ème


    * 
Accélération des installations de batteries en Allemagne

LES SOCIÉTÉS
     .   

    *   LONGi, 1er fabricant à livrer 20 GW par an !


    *  
Le projet de Meyer Burger au sein du monde des bisounours

 

Autres articles intéressants :

FRANCE
 

    * 
Bisol Premium obtient le certificat bilan carbone
     .   
LA FILIÈRE

    *  
Les investissements dans les EnR induiront des bénéfices non encore comptabilisés


    * 
Un nouveau projet d'expédier de l'énergie du Maroc au Royaume Uni
     .   
LES PRODUITS

    *  
Quelle quantité d'hydrogène dans les canalisations de gaz naturel ?


    *  
Quel format de plaquettes faut-il choisir, le 166 mm, le 182 mm ou le 210 mm ?


    * 
Les panneaux flottants résistent aux tempêtes

    * 
La pénurie de verre et la situation des fabricants chinois
     .   

LES SOCIÉTÉS

    *  Meyer Burger et SMA demandent une stratégie industrielle

     LE DEVELOPPEMENT DE CES TITRES

     .
FRANCE
 

    * 
Bisol Premium obtient le certificat bilan carbone

Les panneaux Bisol Premium obtiennent le certificat bilan carbone

de Certisolis pour les appels d'offres CRE 4, après avoir obtenu le certificat pour les appels d'offres CRE3.

https://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2020/12/bisol-obtention-du-bilan-carbone-certisolis-pour-cre4.html

Tecsol du 1er décembre
     .   
     .
LA FILIÈRE

    *  
Les investissements dans les EnR induiront des bénéfices non encore comptabilisés

Selon MacKinsey, les investissements dans les nouvelles infrastructures et technologies pour atteindre l'objectif de zéro émission seront probablement compensés par des économies dans d'autres secteurs. Le secteur européen du photovoltaïque pourrait atteindre une taille trois fois supérieure à celle qu'il a actuellement au cours de la prochaine décennie.

Les investissements annuels dans tous les secteurs industriels qui nécessitent une décarbonisation s'élèvent déjà à 800 milliards d'euros par an. Avec 180 milliards d'euros d'investissements supplémentaires, ces secteurs décarboniseraient au rythme requis pour atteindre l'objectif de zéro émission nette. Ces investissements seraient compensés par des économies telles que la réduction des importations de combustibles.

Selon l'étude, 6 millions d'emplois seront perdus dans les industries traditionnelles. En échange, 11 millions d'emplois supplémentaires seront créés dans les secteurs industriels émergents.

Le secteur de l'énergie sera le premier à atteindre l'objectif de réduction nette de 55 % d'ici le milieu des années 2040. Pour y parvenir, les industries photovoltaïque et éolienne devront relever le défi et multiplier leurs efforts. Comme la demande d'électricité devrait doubler en raison de la capacité prévue d'électrolyse de l'hydrogène, la croissance annuelle de la capacité photovoltaïque dans l'UE passera de 15 GW actuellement à 44 GW à partir de 2030. Le secteur éolien passera également de 10 GW de capacité annuelle supplémentaire, à 24 GW à partir de 2030.

Le second secteur devrait être celui des transports, qui pourrait être totalement décarbonisé d'ici 2045, avec les véhicules électriques, les carburants synthétiques pour l'aviation ou pour la navigation.

Le logement, les industries lourdes et l'agriculture seront parmi les secteurs les plus difficiles et les plus coûteux à décarboniser.

L'instauration d'une économie décarbonisée entraînera également des changements de prix pour certains produits et services. Le chauffage et la climatisation des locaux ainsi que la mobilité deviendront moins chers, tandis que le coût de la nourriture et des voyages en avion augmentera.

https://www.pv-magazine.com/2020/12/04/friday-edgar-mckinsey-eu-slated-for-44gw-annual-pv-additions-in-cost-neutral-path-to-net-zero/

PV Magazine du 4 décembre

 
    * 
Quelle croissance des livraisons des trois principaux fabricants de PV en 2021 ?

Selon les annonces d'expansion de nouvelles capacités de production des trois principaux fabricants chinois de panneaux, on estime que leurs livraisons de panneaux

en 2021 seront respectivement de 40 GW chez LONGi, 30 GW chez JA Solar, 30 GW chez JinkoSolar.

 

https://www.energytrend.com/news/20201125-20074.html

EnergyTrend du 25 novembre

NDLR   Rappelons LONGi a franchi le seuil des 20 GW livrés fin octobre 2020. Si la prévision est exacte, il y aurait doublement des livraisons en douze mois


    * 
L’évolution du stockage de l'énergie en Europe

Les multiples applications du stockage d'énergie à grande échelle commencent à être exploitées dans les pays européens. L'industrie européenne du stockage de l'énergie a connu une croissance remarquable au cours de la dernière décennie, passant de 9 MW de projets annoncés en 2010, à un total de 5.700 MW en 2020. Parmi ces projets, environ 1,7 GW sont opérationnels, tandis que les 4 GW restants sont soit annoncés, soit en cours de construction.

La montée et la chute de la manne du contrôle des fréquences    Le contrôle des fréquences a fourni des revenus lucratifs en utilisant la capacité des batteries à répondre immédiatement à la demande

En Europe Occidentale, les 3 GW de réserves de contrôle des fréquences (appelées Frequency Containment Reserves, ou FCR) sont achetés conjointement par six pays sur une plate-forme commune. La vente aux enchères des FCR a lieu quotidiennement.

Pour chaque pays, la réserve de fréquence requise est basée sur le rapport entre la production nationale annuelle (en MWh) et la production totale annuelle dans la zone européenne synchrone. Les objectifs d'approvisionnement varient légèrement chaque semaine en fonction des besoins du gestionnaire de réseau de transport (GRT) et de la production des années précédentes. En fait, 30 % de la réserve de chaque pays doit être d'origine nationale et les exportations vers les autres membres de la coopération FCR sont limitées à un maximum compris entre 100 MW et 30 % de chaque bloc de capacité.

Les revenus tirés de cette prestation n'ont fait que baisser. Le mégawatt valait 26 € en 2015. Il ne valait plus que 5 € en 2020), ce qui n'est plus rentable.

Le stockage de l'énergie : les enchères de la réserve des fréquences ont été plusieurs fois modifiées pour coller à l'évolution de la demande. L'événement le plus significatif est la forte diminution des revenus du marché, puisque les prix sont passés d'une moyenne de 18 €/MW/h en 2017 à un niveau aussi bas que 5 €/MW/h au début de 2020. Cette chute des prix rend nécessaire une nouvelle évolution du marché. Elle est cruciale pour assurer la viabilité des projets grâce à de multiples autres sources de revenus.

Pour lire l'article complet (huit pages ) : https://solar-media.s3.amazonaws.com/assets/Pubs/PVTP24/Europe%E2%80%99s%20energy%20storage%20transformation.pdf

https://www.pv-tech.org/guest-blog/europes-energy-storage-transformation

PV Tech du 2 décembre
     .   
     .
LE MONDE

    * 
Au 3ème trimestre, les États-Unis ont installé 3 fois plus de batteries au 2ème

Au 3ème trimestre, les États-Unis ont battu leur précédent record d'installation de batteries en triplant les installations à 476 MW (+ 240 %) sur le 2ème trimestre. Cette croissance a eu lieu en dépit du coronavirus, qui a frappé l'économie en général et les entreprises d'énergie conventionnelle en particulier. Un nombre croissant d'États ont décidé de stocker l'électricité et de la libérer à la demande pour maintenir leurs réseaux afin d’absorber l'essor de la production des centrales électriques renouvelables.

Les déploiements annuels devraient plus que doubler en 2020 (dépassant 1 GW) et presque tripler en 2021, selon Wood Mackenzie.

https://www.greentechmedia.com/articles/read/woodmac-biggest-battery-buildout-ever-in-q3

GreenTech Media du 3 décembre


    * 
Accélération des installations de batteries en Allemagne

La baisse du coût du stockage en Allemagne incite de plus en plus d'habitants à s'équiper de batteries. Ceci est favorisé par le nombre croissant d'installations PV qui dépassent les dix ans de rachat garanti.

En 2019, environ 60.000 systèmes de stockage photovoltaïques résidentiels ont été ajoutés en Allemagne. Ils représentent une puissance d'environ 250 MW et une capacité de stockage de 490 MWh. Fin 2019, quelque 185.000 systèmes, d'une capacité cumulée d'environ 750 MW et d'une capacité de stockage de 1.420 MWh, avaient ainsi été installés. Les prix de la technologie de stockage la plus populaire du marché - le lithium-ion - ont encore baissé de 6 % entre 2018 et 2019, pour atteindre environ 1.100 €/kWh. La réduction a surtout concerné les unités de stockage domestique de taille moyenne, de 5 à 10 kWh.

Cette vague d'achat constatée en 2019 va se poursuivre en 2020. A fin mai 2020, plus de 90.000 unités de stockage à domicile avaient déjà été inscrites dans le registre de l'agence fédérale des réseaux.

Pour les installations industrielles de stockage (d'une capacité de 30 kWh à 1 MWh), environ 700 entrées ont été comptabilisées en 2019, pour une puissance totale d'environ 27 MW, portant la capacité totale cumulée à plus de 57 MWh.

En 2019, il n'y avait eu que neuf nouvelles installations de stockage de grande taille (de 1 MWh ou plus). 54 MW ayant une capacité de stockage de 62 MWh ont été mis en service. A la fin de 2019, on comptait 68 grandes installations de stockage d'une puissance cumulée de 460 MW et d'une capacité de stockage de 620 MWh en Allemagne.

Les batteries lithium-ion restent la technologie utilisée dans tous les segments du marché. Les autres technologies de batteries ont rarement été présentes dans les projets.

https://www.pv-magazine.com/2020/12/04/growing-german-storage-market-buoyed-by-falling-prices/

PV Magazine du 4 décembre

NDLR   Bien qu’il y ait beaucoup de statistiques, on ne se rend pas compte si le stockage est devenu significatif ou s’il reste marginal.


    * 
2 millions d'installations photovoltaïques en Allemagne

Fin octobre, il y avait 2 millions d'installations photovoltaïques en Allemagne, selon l'association BSW Solar. Elles sont capables de produire 50 milliards de kWh par an.

La capacité de production pourrait être

réduite de moitié si la loi sur les énergies renouvelables était modifiée en 2021. En outre, près d'un système photovoltaïque sur quatre est menacé par un arrêt prématuré dans le courant des années 2020, car le projet de loi sur les énergies renouvelables ne garantit pas encore la poursuite de l'exploitation des systèmes photovoltaïques en fonctionnement depuis plus de dix ans.

Pourtant l'Allemagne a besoin d'une expansion rapide du solaire car l'abandon progressif du nucléaire et du charbon est programmé. En 2023, le réseau électrique pourrait être en pénurie d'électricité.

https://www.pv-magazine.com/2020/12/04/germany-hits-2-million-pv-system-installations/

PV Magazine du 4 décembre


    * 
Un nouveau projet d'expédier de l'énergie du Maroc au Royaume Uni

Le britannique Xlinks lance l'idée de produire de l’énergie au Sahara marocain et de l’expédier au Royaume Uni via un câble sous-marin. Il ne fait que reprendre l'idée de Desertec, de l'initiative industrielle Dii en 2009, puis de Nur Energie.

Le projet coûterait 21,6 milliards de dollars et pourrait fournir de l'électricité à 70 $ le MWh. Ceci se compare au prix de l'électricité nucléaire qui sera fournie à 125 $ (92,50 £) prix de 2012 pour l'énergie d’Hinkley Point C.

Cette proposition intervient au moment où le Royaume Uni s'interroge sur la façon d'obtenir de l'énergie dans l'avenir et préconise des éoliennes en mer.

https://www.greentechmedia.com/squared/the-lead/pushing-past-the-distributed-vs-large-scale-solar-debate

GreenTech Media du 4 décembre
     .   
     .
LES PRODUITS

    *  
    *  
Quelle quantité d'hydrogène dans les canalisations de gaz naturel ?

Puisque le débat fait rage entre les tenants des plaquettes ayant un format de 166 mm, de 182 mm et de 210 mm, l'organisme d'études DNV GL a été appelé par Trina Solar à départager les opinions. L'analyse a révélé un avantage pour les panneaux incorporant la plus grande tranche, sur la base de la simulation de systèmes bifaciaux sur deux sites en Espagne et aux États-Unis.

Les plus grands formats réduisent les coûts de fabrication. Les fabricants de panneaux promettent à leurs clients de diminuer le coût de l'électricité nivelée (LCOE) lors de la production d’énergie. Le débat n'est pas neutre car l'avantage fourni par l'un ou l'autre format incitera les fabricants à l'adopter.

L'étude a été faite sur des panneaux bifaciaux, montés sur suiveurs, dans le sud de l’Espagne et au Texas (Etats-Unis). Les calculs de coûts prennent également en compte les coûts des projets locaux et les tarifs d'électricité.

L'étude a montré que les formats 182 mm et 210 mm offraient un coût de l'électricité inférieur à celui de 166 mm. En Espagne, la réduction du montant de l'investissement initial atteignait 2,9 % avec le 182 mm et 3,4 % avec le 210 mm. Le coût moyen de l’électricité (LCOE) était inférieur de 2,5 % et de 2,8 %. Les résultats sur le site du Texas étaient comparables : un montant d'investissement de 2,8 % pour le 182 mm et de 3,6 % pour le 210 mm

Trina Solar attribue cette différence à la conception de panneaux à basse tension qui permet d'avoir davantage de panneaux par chaine : 27 panneau par chaîne pour les produits de 166 mm et 182 mm, et 35 pour ceux de 210 mm.

DNV GL précise que son étude a été faite avec des produits du commerce, et que les progrès techniques vont modifier les résultats.

https://www.pv-magazine.com/2020/12/04/largest-wafer-offers-lowest-lcoe-finds-dnv-gl/

PV Magazine du 4 décembre

NDLR   Que l’étude ait été commandée par Trina Solar peut entrainer une suspicion de partialité de la part de DNV GL

Ce résultat a pourtant une part de logique : plus la plaquette utilisée est grande, plus elle peut recevoir d’ensoleillement et donc créer d’énergie. Ceci explique que le format 210 mm deviendra progressivement la norme.


    *  
Quel format de plaquettes faut-il choisir, le 166 mm, le 182 mm ou le 210 mm ?

Puisque le débat fait rage entre les tenants des plaquettes ayant un format de 166 mm, de 182 mm et de 210 mm, l'organisme d'études DNV GL a été appelé par Trina Solar à départager les opinions. L'analyse a révélé un avantage pour les panneaux incorporant la plus grande tranche, sur la base de la simulation de systèmes bifaciaux sur deux sites en Espagne et aux États-Unis.

Les plus grands formats réduisent les coûts de fabrication. Les fabricants de panneaux promettent à leurs clients de diminuer le coût de l'électricité nivelée (LCOE) lors de la production d’énergie. Le débat n'est pas neutre car l'avantage fourni par l'un ou l'autre format incitera les fabricants à l'adopter.

L'étude a été faite sur des panneaux bifaciaux, montés sur suiveurs, dans le sud de l’Espagne et au Texas (Etats-Unis). Les calculs de coûts prennent également en compte les coûts des projets locaux et les tarifs d'électricité.

L'étude a montré que les formats 182 mm et 210 mm offraient un coût de l'électricité inférieur à celui de 166 mm. En Espagne, la réduction du montant de l'investissement initial atteignait 2,9 % avec le 182 mm et 3,4 % avec le 210 mm. Le coût moyen de l’électricité (LCOE) était inférieur de 2,5 % et de 2,8 %. Les résultats sur le site du Texas étaient comparables : un montant d'investissement de 2,8 % pour le 182 mm et de 3,6 % pour le 210 mm

Trina Solar attribue cette différence à la conception de panneaux à basse tension qui permet d'avoir davantage de panneaux par chaine : 27 panneau par chaîne pour les produits de 166 mm et 182 mm, et 35 pour ceux de 210 mm.

DNV GL précise que son étude a été faite avec des produits du commerce, et que les progrès techniques vont modifier les résultats.

https://www.pv-magazine.com/2020/12/04/largest-wafer-offers-lowest-lcoe-finds-dnv-gl/

PV Magazine du 4 décembre

NDLR   Que l’étude ait été commandée par Trina Solar peut entrainer une suspicion de partialité de la part de DNV GL

Ce résultat a pourtant une part de logique : plus la plaquette utilisée est grande, plus elle peut recevoir d’ensoleillement et donc créer d’énergie. Ceci explique que le format 210 mm deviendra progressivement la norme.


    * 
Les panneaux flottants résistent aux tempêtes

Les installations PV flottantes installées dans le port de Rotterdam par le hollandais Floating Solar ont résisté à quatre violentes tempêtes au cours des trois dernières années. D'autres projets vont être lancés

PV Magazine du 30 novembre

NDLR   Lorsqu'on parle « dans le port de Rotterdam », on imagine que l'installation PV a été à l'abri des plus grosses vagues de l’océan, ce qui n’assure pas la résistance des plateformes PV en haute mer.


    * 
La pénurie de verre et la situation des fabricants chinois

Le prix du verre solaire qui coûtait entre 20 et 23 RMB / m² au cours des années 2013-2019, a grimpé rapidement au second semestre 2020. Il atteint 43 RMB et même 50 RMB / m² chez certains petits fabricants

Pour le CPIA, l'emballage représente près de 50 % du coût total des panneaux ; le verre en représente 19 %. Ainsi, un panneau uni-facial utilisant des cellules de 166 mm, nécessite en moyenne 2,2 ? de verre qui, sur la base du prix actuel, coûte presque 100 RMB, soit un coût de 0,2/W RMB. Ceci double le coût de 0,1/W RMB qu'il coûtait en juillet. La demande croissante pour les panneaux doubles-vitres et les panneaux de plus grande taille maintiendra une pression sur la production. Les principaux fabricants enregistrent les commandes à l'avance

En décembre 2019, la capacité de production de verre solaire de la Chine s'élevait à 25.360 tonnes/jour. 6.900 t/j devaient être ajoutées en 2020. Un des fabricants envisage une pénurie de verre de 15 % en 2021. Il estime que l'équilibre entre l'offre et la demande ne sera pas atteint avant 2022.

Company Current Capacity Investment (billion RMB) Capacity Planned
Xinyi Solar Unknown Unknown One additional thousand-ton level production line planned for each season in 2021-2022
CSG A Five electronic glass production lines 0.494 2.1 million square meters of insulating glass, 3.5 million square meters of coated glass per year
    3.15 Four 1,200-ton solar glass production lines in light-weight, high transparency panel manufacturing base at its Anhui Solar Facillity, construction to be finished in 24 months
Flat Solar glass 5,290 tons/day 2.17 Module cover glass phase 2 project with an annual capacity of 750,000 tons
Caihong New Energy Unknown 0.5 5 deep processing lines for ultra-thin, dual-film, big-size photoelectric glass
    Unknown Plans to build a solar glass kiln and supporting facility with pull volume 750 tons/day
Luoyang Glass Unknown 0.186 Add a 32.4-million-square-meter backsheet glass deep processing production line
Almaden Unknown 0.877 Construction of a smart deep processing line for big-size, high-power, ultra-thin solar glass, technological improvement?construction of a smart deep-processing line for BIPV anti-glare coated glass
    Unknown An annual capacity of 100 million square meters of special photoelectric glass to be achieved upon the completion of Fengyang Base Project
Kibing Glass Unknown 1.373 1,200t/d high-transparency backsheet material and deep processing in Shaoxing
    1.027 1,200t/d high-transparency module substrate material production line in Zixing
Topray Solar Four glass lines, daily melt volume 900T/D Unknown Technological improvement for 2 240-ton solar glass production lines in Chencheng, which produce 18 million square meters of 1.8-2.5 mm glass annually

Les fabricants de panneaux subissent cette hausse du prix du verre et passent les commandes correspondant à leur besoin attendu en verre

https://www.pv-tech.org/editors-blog/new-policies-set-to-ease-china-solar-glass-production-constraints-amidst-soaring-costs

PV Tech du 25 novembre
     .   
     .

LES SOCIÉTÉS

    *  
LONGi, 1er fabricant à livrer 20 GW par an !

Le chinois LONGi estime qu'il est le premier fabricant à livrer plus de 20 GW de panneaux dans une année

http://www.plein-soleil.info/actualites/nouvelle-etape-pour-longi-premiere-marque-solaire-a-depasser-les-20-gw-de-modules-en-2020/

Plein Soleil du 4 décembre


    *  
    *  
Le projet de Meyer Burger au sein du monde des bisounours

L'équipementier suisse Meyer Burger a été contraint de se redéployer car la vente de machines de production pour les usines photovoltaïques se réduisait par l'émergence d'une concurrence chinoise.

L'équipementier qui mise depuis longtemps sur des technologies d'avenir,

a décidé de les mettre en pratique lui-même et lance une production de 400 MW qui viendra sur le marché au premier semestre 2021. L’objectif est d’atteindre 5 à 6 GW à horizon 2025-2026.

Pour cela, la société a augmenté son capital de 165 M€ l'été dernier, a vendu des actifs, a acheté les bâtiments de l’ancien site de production de Solarworld à Freiberg, (Saxe, Allemagne) qui couvrent 33.000 m² et a loué 27.000 m² à Bitterfeld-Wolfen (Saxe-Anhalt)

Le groupe va y fabriquer des cellules solaires à haute efficacité grâce à la technologie SWCT (Smart Wire Connexion Technology) exclusive d’hétérojonction. L’interconnexion des cellules contribue à leur rendement. Elles seront quant à elles assemblées en panneaux.

La société est très confiante dans son avance technologique. Elle considère qu'elle disposera d’un très haut niveau d’automatisation pour réduire les coûts de la main d'œuvre. Elle n'aura pas de frais de transport comme des produits importés d'Asie. Elle compte acquérir le tiers du marché européen d'ici 2025.

En outre, Meyer Burger renforce sa collaboration avec le centre de recherche et développement suisse CSEM pour mettre au point de nouvelles technologies de production de cellules et panneaux solaires à haut rendement. Elle compte sur la transposition des recherches, en cellules et panneaux industrialisés. Déjà, les cellules de Meyer Burger atteignent 25,4 % d’efficacité.

https://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2020/11/reportageen-2021-l%C3%A9quipementier-suisse-meyer-burger-se-lance-dans-la-fabrication-de-cellules-et-de-m.html

Tecsol du 30 novembre

NDLR    Nous souhaitons bien évidemment tout le succès possible à Meyer Burger dans son projet. Qu'on nous comprenne bien, nous sommes pour la réussite de cette tentative européenne.

Cependant, le projet est un peu hors-sol. Il est complètement centré sur lui-même et sans regard sur la concurrence qu'on n'évoque même pas. Peut-on imaginer les chinois laisser Meyer Burger assurer sa transformation, s’installer tranquillement et sans obstacle sur le marché européen ? On croit rêver ou être dans un monde de bisounours !

Par rapport à un prix au watt qu'avancera Meyer Burger, les chinois proposeront un prix 15 à 20 % moins cher. L'important n'est pas la perte sur ce qu'ils vendront, mais l'élimination définitive d'un concurrent potentiellement dangereux. Que feront les acheteurs entre leur nationalisme européen (en supposant qu'il existe) et leur porte-monnaie ? Quel soutien aura Meyer Burger dans sa tentative ? Qu'y aura-t-il au-delà des applaudissements des médias ? Qu'y aura-t-il au-delà des discours officiels de personnalités qui veulent qu'on parle d'elles ? Qu'y aura-t-il au-delà de leur photo dans les magazines ? Qu'y aura-t-il au-delà de la glose sur le renouveau européen ? DANS QUEL MONDE VIT-ON ? OU Y A-T-IL UN PEU DE JUGEOTE DERRIERE LES DISCOURS ET LES PAROLES ?

Les fabricants chinois qui parviennent à des marges nettes de 10 % à 20 % dans l'ensemble du monde, ont la capacité de perdre sur l'Europe une partie de leurs bénéfices pour conserver à l'avenir leur monopole puisqu'ils détiennent 85 % de la production mondiale de panneaux. Ils peuvent aussi fournir à Meyer Burger leurs plaquettes à un prix bien trop élevé, renchérissant le prix final du panneau. Que vaut la technologie si elle est trop chère ? Les chinois adopteront vite les procédés de Meyer Burger et reviendront vite avec les technologies copiées de l'équipementier suisse. Il leur faudra deux ou trois ans pour les adopter. Ils ont seulement à tenir ce temps-là.

En attendant avec les frontières passoires de l'Europe, avec l'opinion du libre-échange destructeur de l'Europe datant d'une autre époque, et la volonté de privilégier les installateurs au détriment des producteurs, on va perdre encore un fleuron industriel. Laissons les industriels faire leurs preuves avant de les condamner d'avance. Que les autorités publiques sachent anticiper ce qui est évident dès aujourd’hui !

Nous souhaitons le succès de Meyer Burger. Seulement son échec est inscrit dans la logique économique et politique actuelle. En changera-t-on suffisamment à temps ?


    * 
Meyer Burger et SMA demandent une stratégie industrielle

Meyer Burger et SMA demandent une stratégie industrielle photovoltaïque en Allemagne. Ils font quatre propositions. Ils font remarquer que la recherche et développement impose un volet industriel. Cet ensemble permettrait de créer 100.000 emplois en Europe.

1°) Il faut créer un marché pour la production durable d'électricité, notamment un financement par les banques pour la recherche de technologies et pour aider la production. La production régionale de technologie solaire devrait être soutenue pour assurer la transition vers la neutralité climatique.

2°) La loi allemande sur les énergies renouvelables (EEG) devrait être utilisée comme un « élément de base pour la souveraineté énergétique ». L'expansion annuelle du PV en Allemagne doit être portée à 10 GW par an. L'autoconsommation solaire devrait être encouragée plus fortement.

3°) Il faut promouvoir les concepts et les technologies permettant des installations photovoltaïques à faible encombrement, c'est à dire l'agrivoltaïque et les centrales flottantes. Il faut utiliser la technologie la plus efficace afin de tirer le plus d'énergie possible d'une surface minimale, tant pour les systèmes de toit que pour les systèmes en espace ouvert. »

4°) Il faudrait mettre en place un programme d’installation sur 10 millions de toits en Allemagne et de 100 millions en Europe. Les nouveaux bâtiments devraient être équipés de systèmes solaires et de systèmes de stockage intelligent, d’un système adapté aux locataires. Il faudrait instaurer des appels d'offres séparés pour les grands systèmes PV dans les zones urbaines.

Les dirigeants demandent que des conditions équitables et résistantes pour accélérer la transition énergétique mondiale. Ils ont besoin d'une stratégie industrielle globale qui prenne en compte simultanément la production de technologies et la production d'électricité. Nous avons besoin de mesures de soutien à court terme qui améliorent le cadre. Ils ajoutent : « Sans une approche stratégique de politique industrielle de la production solaire européenne, nous serons complètement dépendants des fournisseurs étrangers à l'avenir. »

https://www.pv-magazine.com/2020/12/04/meyer-burger-and-sma-call-for-an-industrial-strategy-for-pv-production-in-germany/

PV Magazine du 4 décembre

NDLR   Le sérieux de ces deux entreprises n’est plus à démontrer. Le fait qu’ils tirent ensemble la sonnette d’alarme doit alerter.

Ces deux entreprises essaient de relancer (ou de faire subsister) l’industrie européenne. Elles seront un thermomètre de l’avenir européen :

Ou bien elles réussissent et elles redonneront confiance à d’autres entrepreneurs européens. C’est le cas favorable mais est-il certain ?

Ou bien elles sont obligées de s’arrêter sous la pression de la concurrence chinoise. L’Europe aura alors scellé son destin pour longtemps car ces entreprises avaient une certaine taille ; elles avaient des connaissances technologiques. Elles avaient tout pour réussir. Leur échec montrera qu’il manquait autre chose que la compétence industrielle, c'est-à-dire l’environnement politique et économique. Ce cas pourrait bien intervenir

Ou encore elles vivotent. Ceci déprimera les autres candidats au lancement d’activités mondiales tant pour le photovoltaïque, que pour les autres secteurs soumis à la concurrence internationale tels que les batteries, l’hydrogène, … Cette situation est très probable avec un arrêt de l’expansion des industries européennes jusqu’à une prise de conscience industrielle mais surtout politique.

.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"