L R AS Publié le samedi 28 novembre 2020 - n° 342 - Catégories : divers filière, France, autre France

L'attractivité des pays en matière d'énergie renouvelable

L'index de l'attractivité des pays en matière d'énergie renouvelable (RECAI) établi par le cabinet EY (ex-Ernst Young) classe les différents pays.

Les États-Unis maintiennent

leur première place grâce au soutien important des plans de relance du Covid-19 destinés aux projets d'énergie renouvelable et au potentiel retour dans les Accords de Paris sur le climat. Malgré la pandémie, la Chine conserve la deuxième place de l'indice, portée par le secteur de l’énergie solaire qui reste moteur et les perspectives très importantes de l’éolien.

L'Australie atteint sa position la plus élevée dans cet index, se plaçant troisième, grâce aux annonces de mégaprojets de solaire et d’hydrogène destinés à l’export. 

La France qui était troisième il y a un an, se classe à la septième position. Des appels d’offres ont été décalés en raison du covid. Ce classement s’explique notamment par le projet d’amendement visant à revoir les tarifs d’achat d’installations solaires (ayant depuis fait l’objet d’un amendement de suppression de la part du Sénat) mais aussi par les annonces de l’Inde (4ème) qui s’est fixé un objectif de 510 GW à horizon 2030 et du Royaume Uni (5ème) qui vient d’annoncer un objectif de 40 GW pour l’éolien offshore en 2030 (soit un quadruplement par rapport aux capacités actuelles).

La France reste attractive grâce au plan national de développement de l’hydrogène (7 milliards d’euros) et plus généralement de la partie du plan de relance verte allouée à la transition énergétique et écologique (environ 30 milliards d’euros). De plus, les accords d'achat d'énergie (AAE) se développent.

L'hydrogène : il y a un consensus politique sur le développement de la filière ; l'objectif est de rendre la production d'hydrogène vert compétitive ; d'ici 2024, l'intention est d'installer 6 GW d'électrolyseurs afin de produire un million de tonnes ; l'hydrogène est recherché pour stocker de l’énergie et sera complémentaire des batteries

L'intelligence artificielle : il devrait améliorer l'équilibre du réseau entre offre et demande afin de limiter les phénomènes de coupures. Ceci permettra de réduire les stocks de réserve et diminuera le coût de fonctionnement du réseau ; la maintenance prédictive alertera sur les pannes à venir : on pourra adapter les mesures d’entretien sans être surpris, ce qui augmentera les revenus ; enfin les projets seront bien plus fiables car l'appréciation des conditions de financement sera améliorée

https://www.ey.com/fr_fr/news/2020/11/index-d-attractivite-des-energies-renouvelables-56

EY du 26 novembre

NDLR  Le document présenté par EY parait être un résumé, car d'une part il ne parle que de la France et il ne justifie pas ses affirmations, ce qui est bien dommage. Il n'y a pas de présentation d'études en amont, ce qui laisse le lecteur sur sa faim.

Quant au catalogue de bienfaits de l’intelligence artificielle, on verra ce qu’il en sera lorsqu’elle sera mise en œuvre. C’est un peu trop rose-bonbon.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"