L R AS Publié le dimanche 6 septembre 2020 - n° 330 - Catégories : agrovoltaïque

Faut-il la biodiversité ? L'agriculture ? L'association ?

Il apparait que les centrales au sol favorisent de nouveaux habitats pour les insectes et animaux sauvages. Les avantages des énergies renouvelables, l'agriculture et la protection de l'environnement peuvent converger

dans la construction de projets solaires au sol. Grâce à l'ombrage partiel et à la présence de fleurs, moins d'eau s'évapore, ce qui augmente la biodiversité de la flore et de la faune en peu de temps.

https://www.pv-magazine.com/2020/09/01/solar-projects-enable-biodiversity/

PV Magazine du 1er septembre

NDLR   La conclusion de l’étude est un peu simpliste : ou bien on utilise des terres (agricoles ou non) pour y installer des panneaux. Comme il n’y a rien, tout revient à l’état sauvage, que ce soit les plantes ou les animaux. La biodiversité se manifeste. Ou bien on n’installe pas de panneaux, et l’espace reste agricole.

La seule alternative qui reste à évaluer et selon les cas préciser ou à préconiser, celle d’installations de panneaux en hauteur pour que la faune ou la flore puisse se développer (mais alors on revient au cas initial) ; ou bien on cultive sous les panneaux et la biodiversité est annulée.

Ceci explique pourquoi l’agrovoltaïsme constitue une alternative, sans qu’on sache encore, ce qui est le mieux.

S'inscrire à la newsletter "Le Fil de l'Actu"